Sur les pas de Pina Bausch…

“Je ne m’intéresse pas à la façon dont les gens bougent, mais à ce qui les meut et à ce qu’ils font bouger ”. Pina Bausch

Le mouvement. Comment il est provoqué et ce qu’il provoque.
Pina Bausch a toujours travaillé sur l’humain. Dans ses spectacles, elle mêle le théâtre et la danse, la parole et le mouvement.
En 2008, quelques mois avant sa mort, elle décide de reprendre son fameux spectacle Kontakthof, non plus avec sa troupe, mais avec des adolescents de 14 à 18 ans qui  n’ont jamais dansé. Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch est leur histoire…
Le texte des « Associations d’idées » de café Muller évoque assez bien la recherche de Pina Bausch à travers ses différentes pièces :
« Une plainte d’amour. Se souvenir, se mouvoir, se toucher. Adopter des attitudes. Se dévêtir, se faire face, déraper sur le corps de l’Autre. Chercher ce qui est perdu, la proximité. Ne savoir que faire pour plaire. Courir vers les murs s’y jeter, s’y heurter. S’effondrer et se relever. Reproduire ce qu’on a vu, s’en tenir à des modèles. Vouloir devenir un. Etre dépris. S’enlacer. He is gone. Avec les yeux fermés. Aller l’un vers l’autre. Se sentir. Danser. Vouloir blessé. Protéger. Mettre de côté les obstacles. Donner aux gens de l’espace. Aimer. » Pina Bausch.

Pour en savoir plus :

Un article :
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain, n°49, Toucher.

Sites et Blogs :
Le site de Pina Bausch, un blog sur la danse contemporaine.

A voir :
« Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch » de Anne Linsel et Rainer Hoffmann.


Vous aimerez aussi...