D’un terrain l’autre sur le versant de l’anthropologie urbaine

Noël Jouenne, professeur des Écoles Nationales Supérieures d’Architecture, LRA EA 7413, Université de Toulouse

“L’incroyable et ses preuves” Terrain n°14

Pour beaucoup de jeunes apprentis ethnologues, dont je faisais partie, la revue « Terrain » a été vécue comme une initiation à la recherche grâce aux contenus sérieux et évocateurs des articles en phase avec le monde moderne. Alors que je voulais devenir un « anthropologue intergalactique », le numéro spécial portant sur L’Incroyable et ses preuves (n° 14), dont un article mémorable sur les phénomènes OVNI (de Pierre Lagrange) proposait une lecture du monde académique différente, et d’une certaine manière, il fallait oser consacrer un numéro spécial à cette thématique. Derrière cette boutade se cachait l’idée d’être préparé à investiguer des sociétés inconnues, à découvrir des mondes étranges. J’étais sans doute influencé par Star Trek et autres David Vincent, mais ce côté exploratoire qui repoussait également les limites des méthodes me captivait beaucoup.

Abonné sur les premiers numéros, j’ai conservé les numéros 2 et 3, achetés chacun 57 francs à la Fnac en mai 1990. Sous-titrés « Carnets du Patrimoine ethnologique », ces numéros portaient sur une ethnologie contemporaine du domaine français, de l’anthropologie industrielle (n°2) à l’ethnologie urbaine (n°3). Beaucoup de choses en lien avec les écomusées, et cette rubrique « travaux » qui faisait état des recherches en cours sur le territoire national. Il faut dire que cette époque peut être considérée comme l’âge d’or de l’ethnologie en France, car la mission du patrimoine finançait généreusement des enquêtes, et accompagnait la création d’écomusées.

Le numéro 3, consacré à l’ethnologie urbaine, sorti en octobre 1984, m’a particulièrement intéressé, car il montre une approche endotique de la recherche, et à le relire aujourd’hui, je me rends compte qu’il est peut-être à l’origine des dissentions théoriques qui ont pu exister dans ce vaste courant de l’anthropologie urbaine qui revendiquait sa place au sein de l’anthropologie française, notamment marqué par l’absence des chercheurs du Laboratoire d’Anthropologie Urbaine-UPR 34 fondé en 1988, mais labellisé « jeune équipe » la même année et regroupé autour de Jacques Gutwirth et Colette Pétonnet. Gérard Althabe et Monique Selim dirigent ce numéro, et si la bibliographie d’Alain Morel (pp. 43-53) rachète quelque peu cet « oubli », notamment par la présence des travaux de Sabine Chalvon-Demersay (91 et 92), de Jacques Gutwirth (176 et 177), de Béatrix Le Wita (239 et 240), Colette Pétonnet (284 à 288), de Daniel Terrolle (349) qui furent parmi les membres fondateurs du LAU, nous remarquons aujourd’hui cette absence comme une forme primitive de « guerre de territoires » supposée, ou comme une tentative de récupération d’un courant encore naissant que nous souhaiterions aujourd’hui réinterroger[1].

De mon côté, j’ai débuté ma formation en ethnologie urbaine au moment de ma maîtrise, sous la direction de Daniel Terrolle, en observant les squats d’artistes à Paris. Anne Raulin fut conviée au jury. Je me suis ensuite rapproché du LAU-UPR34 à Ivry-sur-Seine au moment de mon DEA à Paris V, en 1991. Jacques Gutwirth y enseignait pour la dernière année avant de prendre sa retraite. Il m’a définitivement convaincu qu’une anthropologie urbaine était possible dans notre propre société et j’ai réalisé ma thèse sur les personnes sans domicile fixe, sous la direction de Philippe Laburthe-Tolra. Lui-même était issu de l’ethnologie classique, mais n’était pas fermé à cette idée d’anthropologie urbaine. Du reste, il présidait l’association Roger Bastide, lequel avait poussé Jacques et Colette dans cette voie.

Aujourd’hui professeur au sein des Écoles Nationales Supérieures d’Architecture, je me rends compte à présent combien ces deux numéros de Terrain ont largement accompagné ma carrière.

 

“Ethnologie, techniques et industries: vers une anthropologie industrielle?” et “Ethnologie urbaine”, Terrain n°2 et 3, 1984

[1] Quelques membres du LAU-UPR 34 réinterrogeront l’héritage et l’influence du LAU lors d’un atelier au 3ème congrès de l’Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie en fin d’année 2023.

 

 



Citer ce billet
blogterrain (2023, 7 novembre). D’un terrain l’autre sur le versant de l’anthropologie urbaine. . Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2pf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search