Survivalisme : se préparer aux temps troublés

Nathan Gaborit, doctorant en sociologie politique et aspirant FNRS, UCLouvain – Saint-Louis Bruxelles (CÉSIR)

Le 22 décembre 2020, alors qu’ils sont appelés à intervenir pour une tentative de féminicide à Saint-Just, dans le Puy-de-Dôme, trois gendarmes sont abattus par Frédérik L., avant que ce dernier ne se donne la mort. Rapidement, le profil du tueur est passé au peigne fin et son adhésion aux thèses survivalistes et complotistes est mise en cause : ce déchaînement de violence serait en partie dû au caractère paranoïaque de sa croyance en une fin du monde imminente. Cet évènement, amplement relayé par les médias, alimente l’image du survivalisme comme idéologie dangereuse, se réduisant au fantasme d’un futur apocalyptique auquel les survivalistes se préparent par tous les moyens disponibles. Face à cette menace, les survivalistes chercheraient à prolonger autant que possible leur existence en anticipant un effondrement total de la société et une situation de guerre civile, où l’accès aux biens et services essentiels ne serait plus garanti.

À l’encontre de cette vision réductrice du mode de vie survivaliste, ce billet propose d’explorer les différents rapports au passé, au présent et au futur en jeu dans les préparations survivalistes. Nous appelons ici « préparation » l’ensemble des savoirs acquis et des pratiques mises en place dans le but d’anticiper des situations exceptionnelles.

Les entretiens menés avec les personnes qui se préparent [1], ainsi que l’observation de leurs pratiques sur le long terme, permettent non seulement d’infirmer la thèse de la centralité d’une préparation à une catastrophe globale, mais aussi de comprendre que celle-ci n’est que rarement perçue comme certaine et imminente [2].

Pluralité des futurs

Né aux Etats-Unis dans les années 1960, le survivalisme prend son essor dans des milieux d’extrême droite, masculinistes, pro-armes et opposés au contrôle étatique (cf. Coates ; Kimmel & Ferber). En Europe francophone, le survivalisme est popularisé par l’ouvrage Survivre à l’effondrement économique du Suisse Piero San Giorgio paru en 2011, qui cherche en partie à se détacher de cet héritage. Très rapidement, l’expression « rupture de la normalité », utilisée par le bloggeur survivaliste Vol West, s’est imposée dans les réseaux survivalistes en ligne pour désigner ce à quoi il est nécessaire de se préparer.

Alors que parler d’effondrement suppose l’irréversibilité de la catastrophe globale, le concept de rupture de la normalité élargit la préparation à une infinité de risques, parfois très localisés et personnels, qu’il s’agit d’anticiper. La pandémie de Covid-19, qui a conduit de nombreuses personnes à s’intéresser au survivalisme, constitue un exemple de rupture de la normalité envisagée. Le passage de la menace de l’effondrement [3] à la rupture de la normalité joue un rôle décisif dans la pluralisation des formes de préparations survivalistes.

« La prévoyance pour moi c’est d’avoir anticipé son autonomie face à – un grand terme à la mode – “une rupture de la normalité”. Normalité que je vais définir par : je me lève le matin, je rentre chez moi le soir, le week-end je vais faire mon activité, ça c’est la normalité. Le fait de tomber en panne, le fait d’être bloqué par les intempéries, le fait de… Ça pour moi c’est une rupture de la normalité, c’est pas quelque chose qui aurait dû se passer quand on est parti le matin » (Stéphane, 32 ans, agent de maîtrise à la SNCF)

David, responsable de salle dans un restaurant en banlieue parisienne, se prépare par exemple aussi bien à réagir à un accident de voiture qu’à une catastrophe dite naturelle. Zenia quant à elle, informaticienne et écrivaine désormais femme de ménage, craint plutôt la lente dégradation des services publics, notamment de santé, et la possibilité de se retrouver sans revenu. Pour Julien, jeune électronicien passé par des organisations nationalistes, la conception de la menace, d’abord d’ordre sécuritaire et identitaire, est empreinte de xénophobie. Sa préparation consiste alors à savoir se défendre en cas d’agression physique dans la rue. Ainsi, aussi hétérogènes qu’elles soient, c’est avant tout une logique d’autonomisation et de responsabilisation qui caractérise les pratiques de préparation survivaliste. L’État est jugé incapable d’assurer la protection de la population et il apparaît nécessaire, ou souhaitable, de s’en charger individuellement.

Survival Expo, au Parc floral de Vincennes en juin 2023. Stand de matériel d’auto-défense (à gauche), véhicule d’évacuation d’exposition (en haut à droite) et atelier de confection d’un feu (en bas à droite). [Photographies de l’auteur].

La Survival Expo [4], organisée chaque année à Paris depuis 2018 et principal point de rencontre du monde de la survie francophone, rend parfaitement compte des multiples acceptions de ce qui peut constituer une rupture de la normalité et de la situation de survie qui l’accompagne. À l’entrée du Salon, les visiteur.euses se retrouvent face à un stand essentiellement composé d’équipements pour la randonnée et l’autonomie en nature, dans le but d’anticiper un accident ou imprévu au cours d’une sortie ou d’une expédition. Quelques pas plus loin, iels peuvent visiter un abri antiatomique et se voir proposer l’installation d’un bunker dans leur jardin, ou bien l’achat d’un véhicule d’évacuation (4×4 suréquipé) dans la perspective d’une crise majeure. Certains exposants proposent quant à eux du matériel d’auto-défense – normalement réservé aux professionnels de la sécurité. D’autres, enfin, invitent les visiteurs à réaliser des soins de premiers secours ou même à apprendre les rudiments de la médecine d’urgence. Dans ce monde où cohabitent plusieurs types de préparations, si la survie comme loisir ou comportement responsable est valorisée, le survivalisme fait quant à lui les frais d’une assignation médiatique et politique à la déviance, en ce qu’il tend à imaginer un monde débarrassé de la souveraineté étatique.

Tout comme la nature de la catastrophe, le temps de la catastrophe peut prendre de multiples formes. L’imaginaire de la catastrophe à venir s’élabore d’abord à travers l’expérience vécue de ruptures de la normalité. S’être retrouvé.e démuni.e face à ces épreuves passées joue un rôle primordial dans l’intérêt pour le survivalisme. Zenia m’explique par exemple : « C’est aussi pour ça le survivalisme, j’ai miséré, j’ai vraiment galéré. À un moment donné, j’avais rien à bouffer, je vous le dis ». On retrouve cette même idée dans le récit de Michel, infirmier en service psychiatrique de 50 ans, qui raconte le rôle de l’incendie de sa maison dans sa trajectoire de préparation : « Ma maison qui brûle, c’est complètement une rupture de normalité. C’est un accident, c’est quelque chose qui va arriver. C’est un moment où je vais être témoin d’un accident, et il faudra que je puisse intervenir ».

Parfois, il ne s’agit pas simplement d’anticiper une crise à venir mais de considérer que la catastrophe est déjà en cours et qu’il faut apprendre à vivre dans ces temps troubles. Pour David par exemple, « si l’effondrement, c’est effondrement du vivant, raréfaction des ressources, effondrement sociétal, en fait, on est dedans. On est dedans et ça va ne faire qu’avancer ». Si le temps de la catastrophe dans lequel nous serions pris peut faire référence à la dégradation de la situation écologique, les survivalistes mentionnent plus souvent le lent effritement des acquis sociaux et des institutions chargées de la protection de la population, « les services publics qui se cassent la gueule partout », pour reprendre la formule de Michel. Pour Julien, dont la préparation repose plutôt sur des craintes alimentées par les discours identitaires et sécuritaires, nous serions plutôt face à ensemble de « déconstructions » – à comprendre comme une remise en cause de sa position dominante, associée à la masculinité et à la blanchité – nous situant dès à présent dans une rupture de la normalité. Sa préparation cherche alors à pallier individuellement ce qu’il ressent comme une grande insécurité dans les banlieues, allant jusqu’à affirmer et déplorer « l’inaccessibilité de la police pour pénétrer dans ces zones ».

La course à la préparation

Les discours et les productions survivalistes – livres, blogs, vidéos YouTube – alimentent les modalités de préparation, mais ne rendent pas compte de la pluralité des modes de vies des personnes qui se préparent. Les « entrepreneurs de survie », produisant publiquement un ensemble de discours pour enjoindre les personnes à se préparer, tendent à prévoir une menace prochaine, et inévitable, qui rendrait nécessaire l’adoption d’un mode de vie survivaliste. Le sentiment selon lequel « on n’est jamais assez préparé.e », alimenté par les entrepreneurs de survie dans une logique de marketing par la peur, est alors particulièrement présent chez de nombreux.ses survivalistes.

 

Captures d’écran de miniatures de vidéos Youtube invitant les spectateurs à se préparer

Dans ces discours, être préparé.e et avoir anticipé la catastrophe est alors très largement valorisé, souvent dans une logique viriliste, face à l’attitude de celles et ceux qui restent passif.ves et continuent à avoir confiance dans les institutions et la stabilité du monde. Savoir de quoi demain peut être fait – quand bien même cet avenir serait sombre – et agir pour s’y préparer est en effet une posture considérée comme valorisante pour la plupart des survivalistes que j’ai pu rencontrer. Toutefois, cette position implique fréquemment une forme d’isolement face à l’incompréhension des proches et la nécessité d’être discret.e sur sa conception de l’avenir. Seul.e avec la peur que ce à quoi l’on tient cède, l’entrée dans les réseaux survivalistes en ligne rassure et donne aux préparations une tonalité collective. Si des rencontres se font parfois lors de salons ou de stages de survie, et que certain.es tentent localement de fonder des réseaux d’entraide, les préparations survivalistes restent cependant majoritairement individuelles, circonscrites à l’échelle d’un foyer. Cet échec de la constitution de véritables communautés survivalistes s’explique par les divergences dans les approches de la survie – passées sous silence sur les réseaux, mais aussi par l’atmosphère de méfiance qui tend à s’installer entre personnes qui se préparent [5].

Reprendre prise sur le présent

Comme l’a montré Kezia Barker dans le cas des preppers britanniques, mettre en œuvre une préparation permet de reprendre prise sur son rapport au temps. Il s’agit de gouverner un avenir incertain en l’anticipant à travers un certain nombre de pratiques, comme la constitution de réserves de nourriture, d’un sac d’évacuation ou encore d’une trousse de secours. Toutefois, l’enjeu est également de se défaire des rythmes imposés par les exigences contemporaines du capitalisme. Philippe, ancien militaire désormais technicien informatique et passionné de survie en forêt, me raconte par exemple le plaisir qu’il prend, hors du monde moderne, à tailler minutieusement et sans exigence de productivité des outils à partir de branches d’arbres. Cette idée est aussi défendue par Paul qui, à 35 ans, vit de petits boulots précaires dans des écuries et des fermes :

« Je connais des gens qui sont sur Paris… Ils sont robotisés. C’est comme ça, c’est tout. Il n’y a rien d’autre qui se passe. (…) Moi, tous les jours, il peut se passer autre chose. Je me suis peut-être fait mal au dos aujourd’hui, demain je vais faire moins. (…) Ça c’est un gros défaut chez nous, Européens, c’est qu’on vit sur le temps, sur la montre. Après c’est normal, avec le travail aussi… Mais voilà quand on peut éviter, nous on trouve que c’est mieux. »

Plus que la survie dans un monde apocalyptique, c’est alors l’autonomie qui est un enjeu central dans bon nombre de préparations survivalistes. Retrouver des prises sur le temps, ce peut être aussi retrouver des prises sur le travail, en s’extrayant d’un travail salarié productif peu valorisé dans lequel on ne trouve pas de sens, pour tendre vers un travail de subsistance à travers lequel celui ou celle qui se prépare peut œuvrer – non sans mal – à son autonomie et la construction, locale, d’un monde alternatif [6]. Ces préparations valent donc déjà pour elles-mêmes, en ce qu’elles conduisent à adopter un mode de vie plus souhaitable à l’abri de l’accélération, caractéristique de notre époque.  De manière certainement contre-intuitive, imaginant que celles et ceux qui se préparent sont constamment sur le qui-vive, prêt.es à réagir et donc tout autant prisonnier.es du registre de l’urgence et de la vitesse, de nombreuses préparations visent au contraire à prendre le temps et à reprendre prise sur un présent prisonnier de l’immédiateté.

Notes


[1] Dans le monde anglophone de la survie, le terme de preppers – littéralement « ceux qui se préparent » – a progressivement remplacé le terme de survivalists au tournant des années 2000 afin de se débarrasser de la connotation péjorative associée au survivalisme et d’élargir le spectre de la préparation à d’autres crises.

[2] Ce billet s’appuie principalement sur une ethnographie des lieux d’échange et de rencontre survivalistes (physiques et en ligne) en Europe francophone menée depuis janvier 2021 ainsi que sur un corpus d’une vingtaine d’entretiens avec des personnes qui se préparent. L’ensemble des noms ont été modifiés par souci d’anonymat.

[3] Le terme d’ « effondrement » reste tout de même largement présent, d’autant plus après la publication en 2015 du livre Comment tout peut s’effondrer de Pablo Servigne et Raphaël Stevens.

[4] Après s’être initialement appelé « Salon du Survivalisme », le nom « Survival Expo » est finalement privilégié par les organisateur.ices. L’exposition rassemble aussi bien des survivalistes que des professionnels de l’urgence, comme les pompiers. Le survivalisme étant souvent vu comme une forme de survie illégitime dans ce monde, on observe une tendance à ne pas le mentionner et à privilégier le terme de “préparation”.

[5] Le terme anglophone dark prepper est fréquemment évoqué dans les réseaux survivalistes francophones. Il désigne une personne qui ne chercherait pas à se préparer en travaillant à son autonomie et sa résilience mais en s’armant et s’entraînant au combat pour tirer profit de la préparation des autres une fois la crise survenue. Ainsi, de nombreux.ses survivalistes sont méfiant.es et cherchent à rester discret.es sur l’avancée de leur préparation et l’endroit où iels habitent.

[6] Voir le remarquable travail de Madeleine Sallustio sur l’enjeu central des temporalités dans les collectifs néo-paysans autogérés.



Citer ce billet
blogterrain (2023, 27 novembre). Survivalisme : se préparer aux temps troublés. . Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2pg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search