Séparation de l’Église et de l’Etat ?

La loi de séparation de l’Église et de l’État est un événement fondateur de la société française du XXe siècle. Elle est adoptée à l’initiative du député socialiste Aristide Briand le 9 décembre 1905, après vingt-cinq ans d’un affrontement violent qui a opposé deux visions de la France : la France cléricale favorable au concordat et la France républicaine et laïque. Elle définit clairement le principe de la non-intervention du gouvernement dans la sphère religieuse et la non-intervention de la religion dans le gouvernement. Ce principe s’accompagne d’un principe de libre exercice du culte.
Des évènements récents en France et ailleurs (de l’affaire du voile au “symptôme Al Qaeda”) nous montre que cette scission entre religion et politique est loin d’être évidente.
“Cette vision (théorique et critique) de l’accès à une autonomie du politique fut reprise et thématisée tout au long du XVIIIe siècle par les Lumières, cette fois contre l’absolutisme, et entra fortement en tension avec les mouvements de l’intégralisme politico-religieux. Ainsi, la première question de Voltaire, quand il eut pris connaissance de l’affaire du chevalier de La Barre – un jeune militaire accusé de blasphème pour avoir donné des coups de couteau sur un grand crucifix fixé sur un pont à Abeville – fut-elle : “Mais que faisait donc cette croix dans l’espace public ? Pourquoi n’est-elle pas dans une église, là où elle appartient ?“. Cette position […] fut ensuite reprise […] comme un des modèle de la laïcité française, à côté d’alternatives communautaristes par exemple.”L’affaire du voile”, en France vint troubler ces équilibres en faisant entrer en contact dans un espace républicain, des formules différentes de la relation religieux / politique. Ce fut non seulement la manifestation publique de prescriptions religieuses ou domestiques “là où elles n’appartiennent pas” en principe, c’est à dire l’espace public, mais aussi la réaction politique d’autres pays aux réactions françaises. L’espace politique fut alors confronté à d’autres formules d’acceptation et de rejet de l’autre.” Elisabeth Claverie in Religion et Politique, Terrain n°51.

Pour en savoir plus :

Des articles :
« Religion et politique », Élisabeth Claverie, Terrain n°51, Religion et Politique.
« La vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation. Liban, 2004-2007 », Aubin-Boltanski E., Terrain n°51, Religion et Politique.
“”GetReligion”. L’évolution de la droite religieuse aux États-Unis”, Susan Harding, Terrain n°51, Religion et Politique.
“Des pacificateurs inspirés. Note sur des groupes anabaptistes et évangéliques américains”, Sandrine Lefranc, Terrain n°51, Religion et Politique.
“Un pluralisme sans conflits. Sant’Egidio : diplomatie et religion”, Marie Balas, Terrain n°51, Religion et Politique.
“Questions de qualifications. Un mufti bosnien devant le TPIY”, Élisabeth Claverie, Terrain n°51, Religion et Politique.

• Sites et Blogs :
La loi et son contexte, les comptes rendus de l’assemblée nationale, la laïcité : débats 100 ans après.


Vous aimerez aussi...