#40ans de Terrain. De Nostalgie à Renaître: les arcanes d’une résurrection.  

“Terrain qui disparaît, ce fut d’abord une rumeur à laquelle nul ne croyait vraiment. Une solution allait être trouvée.” Grégory Delaplace et Emmanuel de Vienne ne croyaient sans doute pas si bien dire lorsqu’ils rédigeaient, en 2015, un hommage sous forme d’oraison funèbre à la revue Terrain qui publiait alors son dernier numéro sur la Nostalgie. Celle-ci préfigurait, en réalité, une renaissance: un petit groupe d’anthropologues récalcitrants se mit en tête de ne pas laisser s’éteindre ce patrimoine de la recherche anthropologique. 

Retour sur les arcanes d’une résurrection avec Vanessa Manceron (LESC/CNRS) et Emmanuel de Vienne (LESC/Université Paris Nanterre), premiers rédacteur et rédactrice en chef du Terrain façon Renaissance

Entretien réalisé par Juliette Cleuziou (LADEC/Université Lumière Lyon 2, coordinatrice du blog Carnets de Terrain).

 

Juliette – Dans un édito publié en 2016 sur le site de la revue Terrain, vous proposez de faire revivre la revue avec un premier numéro consacré à la thématique de la renaissance.  Pourquoi une telle volonté de résurrection ? Est-il plus facile de ressusciter un mort lorsque son cadavre est encore chaud ?

Vanessa – Oui, c’était en 2015. Je faisais partie de l’équipe de rédaction de la revue Terrain. Christine Langlois partait à la retraite, mais son poste n’était pas renouvelé. On s’est alors décidé à publier collectivement un petit texte pour signifier notre colère, qu’on avait cosigné avec David Berliner . Cela faisait juste une dizaine de lignes, une petite bouteille lancée à la mer. On y exprimait un mécontentement et on s’étonnait du fait que le CNRS ou les autres institutions de recherche ne s’inquiètent pas davantage de la disparition de cette revue.

Savez-vous pourquoi le poste de Christine Langlois n’était pas renouvelé ? 

Vanessa – Je crois que la revue s’était éloignée de ses premières missions, davantage liées aux questions patrimoniales. Elle était portée par le Ministère de la Culture et la Mission du Patrimoine, qui ont considéré que Terrain était devenue une revue d’anthropologie générale, et constituait un objet un peu insolite, aux formats inédits et un accès élargi aux sciences humaines. 

Emmanuel – Christine Langlois avait transformé cette revue confidentielle ministérielle sur le patrimoine et l’ethnologie de l’Europe en une revue d’ethnologie générale. Elle était parvenue à conquérir un nouveau public et à l’imposer comme une des grandes revues d’anthropologie française. Pour nous, elle méritait donc d’être maintenue. 

Pour répondre à ta question, je pense qu’il aurait été beaucoup plus difficile de relancer ou de relever un titre complètement disparu plutôt que de profiter de ce moment où « le corps était encore chaud » pour tenter une réanimation. En termes d’argumentaire auprès des financeurs,il s’est avéré efficace de jouer sur cette corde de l’urgence et de l’importance de ne pas la laisser mourir. Mais dans les faits, il s’est véritablement agi d’une refondation.

Comment êtes-vous passés d’une revue qui pour certains paraissait originale, pour d’autres patrimoniale, à un nouveau format ? Qu’est-ce qui constituait le cœur de ce nouveau projet ? 

Emmanuel – Nous souhaitions poursuivre le cheminement opéré par Christine Langlois, en conservant la ligne éditoriale d’une revue d’anthropologie et de sciences humaines généraliste, qui se donnait pour tâche de rendre accessible à un public élargi la recherche en train de se faire. Reprendre le flambeau impliquait d’adapter la revue au paysage éditorial, aux nouveaux médias, à Internet. Christine Langlois avait commencé à le faire en basculant sur revue.org et le bouquet freemium, ce qui en rendait tous les contenus gratuits, mais on a voulu croître, en dimension, en visibilité, en dynamique. On s’est aussi inscrits dans cette mouvance à l’époque assez forte (et qui continue de l’être), qui consiste à réfléchir à la forme du savoir académique pour essayer de sortir de l’article universitaire standard, en développant des formats alternatifs comme des portraits, des bandes dessinées, des portfolios, des récits, etc. 

Pourquoi avez-vous tenu à tout prix à garder ce format papier, justement dans un paysage de plus en plus numérique ? 

Vanessa – Nous avons réfléchi à ce projet de revue pendant presque six mois. Nous n’avons pas eu besoin de batailler avec nos interlocuteurs du CNRS, Didier Torny et Odile Contat, qui soutenaient l’originalité de Terrain. Mais nous savions qu’ils étaient prêts à financer un poste de secrétaire de rédaction à temps plein – alors que la plupart des revues n’ont qu’un demi-poste – à condition que la revue soit en ligne, en open access. Ce temps plein était par ailleurs justifié par une charge de travail qui s’annonçait considérable, puisqu’aux dossiers thématiques, publiés à la fois sur papier et en ligne, s’ajoutaient les rubriques en ligne avec des publications au fil de l’eau. 

Emmanuel – Nous tenions à la revue papier pour plusieurs raisons. D’abord, parce que nous sommes convaincus du fait que l’objet papier, l’objet livre offre une expérience de lecture infiniment plus agréable. D’autre part, parce que les revues papier offrent un intérêt certain pour les archives – à cet égard, le numérique n’est pas une solution à tout. Et enfin, parce que le fait que ce soit un bel objet, permet de toucher un autre public. C’est uniquement grâce à la revue papier qu’on obtient des passages radio, des relais dans la presse, etc. Ce sont les événements autour de la sortie papier qui offrent une visibilité médiatique, davantage qu’avec une revue uniquement en ligne, en particulier lorsqu’il s’agit d’une revue à flux continu.

Qu’a représenté la reprise du titre et la relance de la revue ?

Emmanuel – Beaucoup de travail ! En un temps très court nous avons dû créer une association, trouver des subventions, découvrir les enjeux de la diffusion-distribution, changer la maquette et le format de la revue, tout en faisant le travail scientifique et éditorial -avec le nouveau comité de rédaction- pour sortir dans les temps ce nouveau numéro  [Renaître lien hypertexte]. 

Vanessa – Et la refonte du site avec les contraintes de la plateforme openedition a aussi représenté un travail considérable. Au bout du compte, on a travaillé comme une petite entreprise. On avait le titre de la revue, mais on avait tout à faire derrière. C’était pratiquement comme repartir de zéro. Finalement la parution ne s’est interrompue qu’un semestre, donc un numéro.

Quels sont les partenaires qui vous ont suivis dans ce projet ?

Emmanuel – La ComUE [Communauté d’universités et d’établissements] Paris Lumière, en plus d’une subvention de 4 ans, a financé le remplacement d’une partie de mes heures de cours. Une aide du département des Hauts-de-Seine, toute petite au départ, a grossi ensuite. 

Vanessa – Au bout d’un an, nous avons également reçu une subvention du CNL [Conseil national du livre] et de la MSH [Maison des Sciences de l’Homme]. Le plus gros soutien provenait du CNRS au travers du poste de secrétaire de rédaction.

La revue avait déjà fait le choix, avec Christine Langlois, d’illustrations assez originales. Mais l’une des nouveautés de cette renaissance résidait dans la collaboration artistique avec les étudiants en écoles d’art pour les illustrations. Comment cette collaboration a-t-elle vu le jour et qu’apporte-t-elle à la revue ?

Emmanuel – Grâce à Vanessa, essentiellement. Plusieurs facteurs ont joué, mais l’un d’entre eux était la nécessité de réduire les frais : la revue était coûteuse – la question de la vente des numéros papier demeure un problème récurrent dans ce modèle économique – et on ne peut pas se financer uniquement par les subventions. Concernant l’iconographie, le recours à une iconographe professionnelle impliquait de payer des droits pour chacune des illustrations. Il y avait vraiment un enjeu. De plus, nous avions la volonté de développer davantage le croisement entre le texte scientifique et un regard plus artistique. De ce point de vue, travailler avec des écoles d’art s’avérait intéressant à la fois pour les étudiants et pour nous : nous avons pu développer un langage inédit, un croisement assez rare entre sciences sociales et illustration. Le fait de passer par des écoles présentait donc ce double avantage économique et artistique. De fait, le premier directeur artistique de la revue était un enseignant de l’école Penninghen [école d’art à Paris].

Vanessa – Il s’agit d’un processus intéressant parce que les coordinateurs de numéros se rendent dans les classes d’étudiants en arts et présentent les différents articles pour essayer de trouver un langage commun. Ils reviennent ensuite dans les classes pour regarder les dessins qui sont produits au cours du semestre. Il s’agit d’un vrai travail en commun entre ces étudiants en arts et les chercheurs. C’est une superbe expérience. On a commencé avec Penninghen, mais maintenant on travaille avec l’école Estienne [Esaig] et l’école d’art de Strasbourg [HEAR], qui sont des écoles publiques : nous avons considéré qu’il était important pour la revue, qui était soutenue par de l’argent public, de travailler avec des étudiants dans des écoles publiques.  

Quel rôle le blog a-t-il joué dans la refondation de Terrain ?

Emmanuel – Le blog existait : il servait essentiellement à relayer la presse et à faire de tout petits billets autour des numéros existants. On en a confié la responsabilité à Laure Assaf, qui a réalisé un travail très impressionnant. Il est devenu une vraie revue de vulgarisation et de débats, et les consultations se sont envolées. Le blog incarne par ailleurs l’un des défis de notre modèle. Dans le monde des “projets” et des “porteurs de projet”, les mécènes potentiels veulent du nouveau par rapport à l’existant. Les premières années nous avons donc beaucoup promis, beaucoup grossi, sans en avoir toujours les moyens, notamment humains. Il faut réussir à trouver un équilibre -jamais complètement stable – qui ne soit pas trop coûteux en temps. Le blog est né de cette période puis il a trouvé son autonomie, son importance, ses rubriques et son lectorat.

Vanessa – Le blog constitue un bel exemple de la manière dont on fonctionne : Laure s’est saisie de ce média et en a fait ce qu’elle voulait. Et d’autres, toi en particulier ! ont fait la même chose ensuite, avec bonheur. Il y a je crois une grande liberté. C’est aussi pour cela que la revue a grossi autant : elle ne dépend plus uniquement des rédacteurs en chef.

Comment avez-vous élaboré les rubriques en ligne ?  

Emmanuel – Nous avons eu de très longues discussions, assez passionnantes et enflammées, dans les conseils de rédaction des débuts. On voulait développer de nouveaux modes d’écriture, réfléchir aux façons de faire et d’écrire l’anthropologie. On rêvait d’un flux important de publications en ligne que les chercheurs utiliseraient pour publier leurs travaux en cours, des formats un peu atypiques… On avait épuisé toutes les possibilités de jeux de mots sur “terrain” pour les nommer : terrain vague, terrain miné… Il en est resté “glissements de terrain”, qui édite des textes d’anthropologie sur des œuvres de fiction. Emmanuel Grimaud, lui, proposait de faire des rubriques qui auraient pour noms des caractères typographiques. Il y aurait eu la rubrique slash, la rubrique esperluette, etc. Certaines rubriques ont mieux marché que d’autres, par exemple la rubrique Questions, dont le projet est de faire écrire par des chercheurs spécialistes des textes courts et synthétiques sur une question, à l’adresse des étudiants et des étudiantes.

On était un peu boulimique, on voulait tout couvrir ! On imaginait une ligne éditoriale qui couvrirait absolument tout à la fois en termes de thèmes, de public visé, de langues. C’était assez marrant comme période. Avec le recul on était un peu fous, et sans aucun doute beaucoup trop ambitieux.

Vanessa – Nous avons ralenti ce projet par manque de moyens humains, car nous avons aussi réalisé que, pour fonctionner, toutes ces rubriques devaient avoir un rédacteur en chef attitré. On s’est aussi rendu compte aussi que ces formats d’écriture, que peuvent être le Portrait ou la rubrique Glissement de terrain, suscitaient finalement peu de propositions spontanées d’auteurs. C’était un bel espace d’exploration, d’expérimentation, mais il est parfois difficile d’y amener les auteurs, que ce soit par manque de temps, voire même de désir.

Comment avez-vous pensé à l’élaboration de l’organigramme, à la division des tâches ?

Vanessa – Nous nous étions réparti les tâches : je m’occupais du papier et Emmanuel de la revue en ligne et du blog avant l’arrivée de Laure. Dans la revue en ligne, nous avions cinq ou six rédacteurs en chef de rubrique. En comptant les membres du blog, nous étions une quinzaine de personnes complètement impliquées dans la revue, avec des partenaires extrêmement nombreux – depuis le maquettiste jusqu’aux écoles d’art. Chacun venait avec ses idées de numéros les plus folles, c’était un moment très joyeux où les gens auxquels on a fait appel se sont énormément impliqués. L’enthousiasme était sans doute lié à cette phase exploratoire, qui a duré environ trois ans. Ensuite, c’est une revue qu’il fallait tenir dans le temps et qui a donc nécessité une organisation mieux définie, mais non moins dépendante des gens qui voulaient continuer à s’impliquer. 

Emmanuel – Au début, nous étions attachés au côté un peu informel des conseils de rédaction qui se tenaient dans les maisons des uns et des autres autour de dîners. On appréciait cette forme d’émulation et d’ébullition à la fois amicale et intellectuelle, en dehors des scènes et des lieux des institutions. On était pris dans un élan, portés par un vrai collectif. Il faut mentionner ici le rôle d’Ismaël Moya. Nous étions trois à porter le projet en réalité. Ismaël déteste avoir des fonctions officielles mais il a joué un rôle très important, par son énergie et ses idées, dans la refondation.

Aujourd’hui, six ans plus tard, Terrain est devenue une association, une revue papier, des rubriques en ligne, un blog, des playlists, un conseil de rédaction comprenant plus d’une trentaine de membres… Cette résurrection a laissé place à une structure assez importante. Est-ce ce foisonnement d’espaces de discussion qui, selon vous, ferait l’originalité de Terrain dans le paysage des revues francophones ?

Vanessa – La revue aurait pu devenir encore plus folle mais je crois que j’ai été un peu celle qui freinait des quatre fers pour faire une revue qui, malgré tout, resterait une revue d’anthropologie un peu sérieuse. J’ai tenté d’être la garante de cet objectif… mais j’ai été contaminée par la folie ambiante. Donc on a fait paraître Jouir qui était complètement improbable ; je n’aurais jamais imaginé quelque chose comme ça ! Il y a eu beaucoup d’audace. Emmanuel et Ismaël nous ont emmenés pâturer dans des endroits improbables. On aurait même pu aller encore plus loin si on avait suivi Emmanuel jusqu’au bout, on aurait peut-être même quitté les arènes institutionnelles pour faire une revue vraiment très innovante… Je crois que Terrain demeure assez unique, je ne vois pas d’équivalent en France. 

Emmanuel – Oui, tu as raison, cette diversité des supports en fait un vrai forum où, en effet, beaucoup de gens de la discipline peuvent s’intégrer, trouver des centres d’intérêt, s’exprimer et débattre. C’est merveilleux, précieux et j’espère qu’on va le préserver.

 




Citer ce billet
blogterrain (2024, 18 mars). #40ans de Terrain. De Nostalgie à Renaître: les arcanes d’une résurrection.  . . Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1lj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search