Disparition d’Edouard Glissant

Le poète et écrivain martiniquais Edouard Glissant nous a quitté il y a quelques jours. Sa pratique poétique a toujours été intimement liée avec ses engagements politiques et principalement l’anticolonialisme.
Dire le paysage, conter l’histoire, et écrire en présence de toutes les langues du monde sont quelques-unes des fonctions qu’assignait Edouard Glissant à la poésie.

S’agissant de poésie et de politique, je crois avoir toujours obéi à un instinct qui me portait d’abord à considérer que l’objet le plus haut de la poésie était le monde : le monde en devenir, le monde tel qu’il nous bouscule, le monde tel qu’il nous est obscur, le monde tel que nous voulons y entrer. En matière de politique, ma référence la plus haute était aussi le monde, non pas le monde conçu comme l’internationale des prolétaires, mais comme lieu de rencontre, de choc des cultures, des humanités. Bien évidemment, la rencontre la plus fondamentale fut le colonialisme. Il fallait régler d’abord le problème du colonialisme, celui d’une situation dont on avait hérité depuis le xixe siècle, qui faisait coexister des nations colonisées, opprimées et des nations colonisatrices. Pour moi, la poésie et la politique étaient intimement liées par cette référence au monde. J’ai toujours eu l’idée que, bien sûr, les problèmes politiques devaient être résolus sur place, qu’il ne devait pas y avoir de fuite en avant dans une sorte d’universel abstrait, mais qu’ils ne pouvaient cependant se résoudre que si on possédait une conception plus large, celle du rapport des peuples entre eux dans la « totalité-monde ». Pour moi, tel était l’élément fondamental de la relation poésie-politique.
Edouard Glissant, Entretien in Terrain n°41.

Pour en savoir plus :

• Un article :
« Solitaire et solidaire » Entretien avec Edouard Glissant », Philippe Artières, Terrain, n°41, Poésie et politique (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Entretien et videol’article du point, sur Edouard Glissantétudes coloniales.

• Podcaster :
Journée hommage sur France Culture


Vous aimerez aussi...