Du Hip hop à l’Opéra

La danse hip hop fut d’abord un loisir des jeunes noirs et hispaniques des quartiers pauvres de New-York. Danse de fête, joute dansée, jeu viril, elle arrive en France dans les années 80 par le biais de l’audiovisuel, et est adoptée principalement par les fils de l’immigration arabe et africaine. La danse hip hop connaît en France un développement important qui se concrétise dans une forme : le ballet hip hop. “Le hip hop est une culture d’ouverture, elle m’a permis de sortir de ma culture orientale qui m’empêchait d’aller vers la danse contemporaine. Aujourd’hui, mes parents, d’origine algérienne, acceptent ce que je fais. A nous maintenant de rencontrer d’autres cultures.” Kader Attou dit aussi, en 1997,”vouloir forcer la porte de l’Opéra, monter une oeuvre du répertoire lyrique avec des danseurs classiques et hip hop”. Son rêve de “voir la breakdance soutenue par un vrai orchestre symphonique” sera réalisé un peu plus tard*… Quel est le rapport entre le hip hop et les “danses savantes” (classique et contemporaine) ? Quelle forme de culture est véhiculée par le hip hop ? A quoi se réfèrent le langage gestuel de cette danse ? Quelle est la différence entre hip hop français et hip hop américain ?

*Son spectacle Petites histoires.com est joué en 2010 à l’Opéra de Paris.

Pour en savoir plus :

Logo du site Style2ouf

Un livre :
« Le hip-hop ou la danse à l’envers », Roberta Shapiro in Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe et Odile Vincent.

Un article :
« Le hip-hop. Une autre révolution », Felicia McCarren, Terrain, n°44, Imitation et Anthropologie.

Site et Blog :
All about hip hop, l’actualité du hip hop, le centre chorégraphique de la Rochelle (dirigé par Kader Attou).


Vous aimerez aussi...