L’exorciste

« Le Rite », du Suédois Mikael Hafström, est l’adaptation du roman du journaliste américain Matt Baglio. Il s’est inspiré du Père Gary Thomas, aujourd’hui exorciste du diocèse de San Diego. Le film raconte l’histoire d’une jeune fille et de son exorciste qui seraient victimes de possession démoniaque.

L’exorcisme catholique est effectivement encore pratiqué de nos jours. Il apparaît comme un rite de transformation à valeur initiatique. Il a recours à des gestes, à des objets et à des substances spécifiques : une étole violette, du sel, l’huile des catéchumènes mélangée à l’huile des infirmes, les onctions et la désignations des parties du corps… Le comportement stéréotypé de la possédée (pleurs, hurlements) est induit et se manifeste dans un cadre relativement stable d’actions, de gestes, de mots, de formules et de prières, et dans l’interaction entre exorciste et exorcisé(e). Quelle est la valeur symbolique de l’exorcisme ? Sur quoi se fonde la croyance en une causalité surnaturelle, quasi démoniaque ? Pour la sorcellerie, autre croyance dite irrationnelle, le malheur inexpliqué est dû à l’intention maléfique d’individus dotés de pouvoirs surnaturels. Quels sont les mécanismes psychologiques qui assurent à ces croyances leur « succès » culturel ?

Pour en savoir plus :

Saint Francis Borgia au chevet d'un mourant impénitent, Francisco de Goya, 1795

Articles :
« Exorciser le Diable (Rome, années 1990) », Adelina Talamonti, Terrain n°50, Le Diable.
« L’esprit ensorcelé. Les racines cognitives de la sorcellerie», Fabrice Clément, Terrain, n°41, Poésie et politique.
« Ah ! La féline, la sale voisine… »
, Josée Contreras et Jeanne Favret-Saada, Terrain, n°14. L’incroyable et ses preuves.

• Sites et Blogs :
Un article sur la roquia en Algérie, Diable et cinéma.


Vous aimerez aussi...