Le troisième sexe

“L’existence d’un troisième sexe, c’est la thèse défendue par Bernard Saladin d’Anglure à partir de ses travaux initiés chez les Inuit dans les années 60. Chez ces derniers, certains enfants recevant le nom d’ancêtres du sexe opposé sont “travestis” jusqu’à leur puberté. D’autres, selon les accoucheuses ont la capacité de changer de sexe en naissant, appelés sipiniit (de sipi, “se fendre”). Il s’agit de garçons, le plus souvent, qui se transforment en filles.[…] Mais il arrive aussi qu’au sein d’une famille, pour ses besoins, un garçon soit socialisé en fille et, inversement, qu’une fille soit habillée et éduquée comme un garçon, initiée au tâches masculines et à la chasse jusqu’à sa puberté. On y célèbre les premières règles comme si elle avait tué son premier gros gibier, mais à partir de ce moment, elle doit se coiffer, s’habiller et se comporter “en fille”. Même butoir biologique pour le garçon, qui doit, à l’entrée dans la puberté, couper ses tresses et adopter des vêtements masculins.”* Et dans notre société, quelle est la place des transsexuels ? Comment définissent-ils leur identité ? Et comment sont-ils perçus ?

Pour en savoir plus :

Tiresias, homme puis femme et enfin homme, aveugle et devin.

•Des articles :
*« Accords et désaccords »
, Claudine Vassas, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« D’un genre à l’autre. Identité refusée, identité abandonnée », Sébastien Sengenès, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« Constituer des hommes et des femmes : la procédure de transsexualisation »
, Laurence Hérault, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).

•Sites et Blogs :
Des artistes s’intéressant à la transexualité : Cindy Sherman, Valérie Belin et Flore-Ael Surun, définition du transexualisme, droit des personnes transgenres


Vous aimerez aussi...