Commémoration des victimes de la Shoah

A l’occasion de la commémoration des victimes de la Shoah et des héros de la Résistance juive pendant la Seconde Guerre mondiale, une lecture  publique des noms de chaque homme, femme, enfant  juif déporté de France est organisée au Mémorial de la Shoah. De jour comme de nuit, de manière ininterrompue pendant 24 heures, les noms des déportés sont lus un à un.
“A travers le projet d’objectivation s’insinuerait une banalisation des actes inhumains par le fait même de l’écriture : « Qu’est-ce que l’inhumain ? Et surtout, qu’entend-on par “humanité” dans l’expression “crime contre l’humanité” ? Ces questions peuvent paraître déplacées, sans doute. Cela peut sembler froid et rationnel de réfléchir sur les crimes contre l’humanité » (Santuret 1996). L’explicitation rationnelle écrase les différences morales entre les bourreaux et leurs victimes. Une des formes les plus fortes de censure imposée par ces penseurs consiste simplement à affirmer l’inutilité de la recherche. Comme s’il pouvait exister des objets sociaux qui ne s’expliquent pas. Comme pour les objets sacrés, l’approche est interdite. […] L’« indicible » ne pourrait s’expliquer. C’est ainsi qu’Elie Wiesel, devant l’ampleur de la destruction des êtres humains, pousse au silence ou à la célébration littéraire des personnes disparues. « Qui n’a pas connu l’événement jamais ne le connaîtra ». Il ne saurait être question de science, tout simplement parce que les scientifiques ne peuvent entrer sur un terrain sacré. Seuls les témoins ont le « devoir de lutter contre l’oubli ». Il y a chez Wiesel et d’autres, notamment les universitaires qui défendent l’« unicité du génocide juif », un basculement dans la théologie : « On ne peut expliquer Auschwitz parce que l’Holocauste transcende l’histoire » (cité dans Bédarida 1989 : 16 ; Agamben 1999 : 38-40 et 206-207). Ce à quoi le philosophe italien répond : « Pourquoi indicible ? Pourquoi conférer à l’extermination le prestige de la mystique ? Dire qu’Auschwitz est “indicible” ou “incompréhensible”, cela revient à l’adorer en silence comme on fait d’un dieu ; cela contribue donc, malgré de bonnes intentions, à sa gloire. Nous, au contraire, nous n’avons pas honte de regarder en face l’inénarrable. »* Patrick Bruneteaux in Terrain n°42.

Pour en savoir plus :

Boîtes qui contenaient le zyklon B utilisé pour tuer dans les chambres à gaz (photo A. Kernevez, 2000)

Boîtes qui contenaient le zyklon B utilisé pour tuer dans les chambres à gaz (photo A. Kernevez, 2000)

•Des articles :
*« Obstacle aux recherches sur les camps de la mort. Une pensée scientifique prise entre l’insignifiance et l’offense », Patrick Bruneteaux, Terrain, n° 42.
Homme/Femme« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tsiganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.

• Sites et blogs :
La fondation pour la mémoire de la ShoahGroupe d’action internationale sur la Shoah, Mémoire locale et Seconde Guerre mondiale, INA – Mémoires de la Shoah

A faire :
Le Mémorial de la Shoah, Musée d’Auschwitz-Birkenau

• A voir :
“Shoah” de Claude Lanzmann, “Nuit et brouillard” d’Alain Resnais


Vous aimerez aussi...