Célébrer le 1er Mai en Russie

A Petrograd, cette année-là (1918), les organisateurs des réjouissances prévues à l’occasion du 1er mai et de l’anniversaire de la Révolution d’Octobre, s’efforcèrent de copier littéralement tout ce qui avait pu se passer plus d’un siècle auparavant dans les rues de Paris. Ce qui fait dire à Edouard Limonov : « C’est peut-être en Russie, justement, que l’idée de Robespierre sur l’immense rôle éducatif des fêtes populaires a trouvé son incarnation la plus complète.” La première occasion de « démocratiser l’art » fut donc fournie par le 1er mai qui, dans la nouvelle Russie soviétique, allait définitivement remplacer la fête de Pâques. L’ampleur de ces premières festivités prolétariennes, qui continue, de nos jours encore, à impressionner les spécialistes soviétiques et étrangers, nous amène à réfléchir sur leur signification véritable. Quel est le rapport entre le pouvoir et le peuple ? Entre l’art et la foule ? Entre la religion  et la vie ?

Place du travail, monument dédié aux travailleurs. Petrograd 1918

Pour en savoir plus :

Articles :
« Pétrograd 1918 : célébrer la Révolution », Boris Chichlo, Terrain n° 15, Paraître en public (texte intégral).

• Sites et Blogs :
La grande fête des ouvriers


Vous aimerez aussi...