Les Journées de l’Archéologie

« Peut-on prétendre faire de l’archéologie et mentir ? Comment peuvent se trouver associées cette discipline et cette posture, l’une visant la mise au jour d’éléments qu’il faudra interpréter le plus objectivement possible en s’entourant de garanties scientifiques, l’autre visant à la falsification et à la dissimulation ? Parmi les motivations qui poussent à fausser un discours scientifique, outre la quête de reconnaissance, deux exemples permettent de saisir les relations entre archéologie et mensonge : le « besoin de merveilleux » de la para-archéologie, et la récupération géopolitique. (…) À la lisière entre le mensonge et la tromperie involontaire se trouve la surinterprétation, c’est-à-dire que contrairement à la déontologie de la profession, des hypothèses seront présentées comme une certitude. Selon la jolie formule de C. W. Ceram : « Evans a fait preuve de plus d’imagination que ne l’y autorisaient ses découvertes ». En effet, lorsqu’il complète (abusivement) la fresque du Prince au lys ou la statuette de la Déesse aux serpents trouvées dans le palais minoen de Cnossos, son but est de donner à voir « une » vérité, mais qui n’est que l’idée qu’il se fait alors de celle-ci. S’il est une discipline scientifique où ce qui est vrai aujourd’hui sera peut-être faux demain, c’est bien l’archéologie. Les progrès dans nos connaissances se font à tâtons, par rapprochements successifs, par comparaisons et construction de modèles et de typologies, qui peuvent se trouver modifiées par une infime découverte qui bouleversera l’ordre établi. Au fil du temps pourront se révéler fausses (mais pas pour autant mensongères, puisqu’il n’y avait pas dessein de tromper) des théories mises en avant en fonction des acquis d’une époque, avec l’« objectivité précaire » qui caractérise l’archéologie. » Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy in Terrain n°57.

Les 19, 20 et 21 juin 2015, les Journées de l’Archéologie visent à sensibiliser le public aux enjeux contemporains de la recherche archéologique, à ses disciplines et à ses méthodes, comme à la richesse et à la diversité du patrimoine archéologique. La complexité de l’archéologie réside dans le processus d’interprétation, c’est à dire la négociation permanente entre ce qu’on trouve, ce qu’on imagine et ce qu’on affirme.

Pour en savoir plus :

téléchargement (1)Des articles :
« Bonne fouille ne saurait mentir ? », Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy. Terrain n°57, Mentir.
« Faux et authenticité en préhistoire »
, Claudine Cohen, Terrain n°33, Authentique ?
« Les savoir-faire : une très longue histoire », Jacques Pelegrin, Terrain n°16, Savoir-faire.
« Les rythmes du feu », Pierre Pétrequin et Anne-Marie Pétrequin, Terrain n°19, Le Feu.

Un livre :
Imaginaires archéologiques. Sous la direction de Claudine Voisenat.

Site et Blog :
Portail archéologique, tout archéologie, sites de fouilleles abris sculptés de la Préhistoire, Hominidés : les évolutions de l’homme, le site de Lascaux, tout archéologie, pôle préhistoire, les imaginaires archéologiques.

• A faire :
Les journées de l’archéologie, personnalisez votre programme


Vous aimerez aussi...