L’éveil du mensonge chez les enfants

« C’est la loi de l’obéissance qui produit la nécessité de mentir, parce que l’obéissance étant pénible, on s’en dispense en secret le plus souvent qu’on peut, et que l’intérêt présent d’éviter le châtiment ou le reproche l’emporte sur l’intérêt éloigné d’exposer la vérité. […] Les mensonges des enfants sont tous l’ouvrage des maîtres. […] S’il est fait en mon absence quelque mal dont j’ignore l’auteur, je me garderai bien d’en accuser Émile, ou de lui dire : « Est-ce vous ? » Car en cela que ferais-je autre chose, sinon lui apprendre à le nier ? »
Rousseau in L’Emile

Vers quatre ans, les enfants se mettent à mentir de manière beaucoup plus systématique. Ce développement du mensonge autour de quatre ans serait lié à l’émergence d’un sens de la tromperie : le mensonge, qui n’était jusqu’alors qu’une capacité, devient un objet d’intérêt stratégique. Le nouvel environnement social où se trouvent plongés les enfants commençant à vivre avec leurs pairs pourrait contribuer à expliquer ce changement. Le mensonge, une condition indispensable pour vivre en société ?

Pour en savoir plus :

Un article :
« L’éveil du mensonge ». Olivier Mascaro et Olivier Morin, Terrain n°57, Mentir.

Blogs et Sites :
Le mensonge chez les enfants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.