Archéologie : faux et usage de faux

« Ce pourrait bien être l’œuvre de disciples de Léonard de Vinci »… Une équipe d’archéologues franco-belges a découvert l’entrée d’un tunnel creusé entre le XVIème et le XVIIème siècle reliant la Corse et l’Italie. Joseph Cantalope, le directeur des fouilles, n’en revient toujours pas. Sur RTL, il raconte son émotion au moment de la découverte : « d’un point de vue historique, c’est fondamental »…
Ce canular, fait le 1er avril 2010 sur le site de rtl, révèle à la fois la fascination et la crédulité du public à l’égard de l’archéologie. Et le pouvoir de cette dernière.
Cette science de l’enquête et de la reconstitution est en réalité une science de la réécriture de l’histoire… Sa complexité réside dans le processus d’interprétation, c’est à dire la négociation permanente entre ce qu’on trouve, ce qu’on imagine et ce qu’on affirme.
Et la tentation du faux est grande pour au moins deux raisons : d’une part le « besoin de merveilleux » de la para-archéologie, et, d’autre part, la récupération géopolitique. Ou comment l’archéologie, sans cesse en cours d’élaboration, voit utiliser cette précarité à son corps défendant et contribue à forger des mensonges sous couvert de scientificité.

Pour en savoir plus :

Un livre :
Imaginaires archéologiques. Sous la direction de Claudine Voisenat.

Un article :
« Bonne fouille ne saurait mentir ? », Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy. Terrain n°57, Mentir.

Site et Blog :
Portail archéologique, tout archéologie, sites de fouille

• A voir :
L’âge du faux, jusqu’au 8 janvier 2012, au Parc et Musée d’Archéologie, Hauterive-Neufchâtel.


Vous aimerez aussi...