Festival international du cinéma ethnographique Jean Rouch

« Je pense en effet que si le cinéma ethnographique doit exister, il doit être fait par d’irréprochables ethnographes qui soient aussi de très bons cinéastes. Or ces ethnographes, souvent irréprochables, ont malheureusement tendance à croire (et c’est là un des inconvénients des outils cinématographiques modernes) qu’il suffit d’appuyer sur un bouton pour que le rêve soit donné… Alors certains préfèrent faire appel à une équipe de techniciens extérieure. Malgré de très rares réussites indiscutables comme « Pour la Suite du Monde » des québécois Brault et Perraut, cette formule pour moi n’est pas la bonne : dans l’approche patiente et délicate de la culture de l’autre, il faut avoir le minimum de personnes présentes sur le tournage, et puis nos films ne s’écrivent pas, ils s’improvisent au fur et à mesure dans le viseur de la caméra… » Jean Rouch in Terrain n°7*.
Le festival international Jean Rouch fête ses trente ans cette année avec au programme une centaine de films ethnographiques, des débats et des rencontres.

Pour en savoir plus :

Des articles :
*« Le Bilan du film ethnographique : entretien avec Jean Rouch », Christine Langlois, Alain Morel et Jean Rouch, Terrain n°7,  Approches des communautés étrangères en France.
« Cinéma et ethnologie européenne : entretien avec C. Piault », Christine Langlois, Alain Morel et Colette Piault , Terrain n°6, Les hommes et le milieu naturel.
« Ethnologie et cinéma : regards comparés. A propos de Contes et comptes de la cour d’Eliane de Latour », Eliane de Latour et Alain Morel, Terrain n° 21, Liens de pouvoir ou le clientélisme revisité.

• Site et blog :
Le site du festival
, ethnodoc, un entretien avec Jean Rouch

A voir :
30ème festival Jean Rouch du 5 au 27 novembre.


Vous aimerez aussi...