La grande guerre

“Un officier de chasseurs alpins rapporte dans son carnet ce dialogue de novices avant leur premier engagement, le 16 août 1914, au bois de la Croix, sur la frontière : ‘Je ne crois pas qu’aucun de nous soit bien pénétré de ce fait que nous allons à la lutte :
– On va se battre, dit un chasseur, c’est pas possible tout de même !
– J’ai bien lu qu’il y avait des gens qui se faisaient la guerre, autrefois, mais vraiment je ne croyais pas que je pourrais faire comme eux, dit naïvement un autre.
– Tu vois ce fusil, eh bien, il va sans doute tuer un homme. Si tu en avais tué dans le civil, qu’est-ce qu’on t’aurait fait ?
– On m’aurait coupé le cou. Maintenant, on me félicitera !'”* Carnet de route d’un officier d’alpins, 1915.

“La déclaration de guerre ouvre la chasse à l’homme, l’interdit est levé ; les jeunes gens, non seulement peuvent, mais doivent tuer… La plus dure des épreuves de la guerre de 14-18, c’est la ligne de front. Aujourd’hui, il n’y a plus de survivants, plus de poilus.”
Quelles images gardons-nous de cette guerre ? Quelles traces a-t-elle laissées ?

Pour en savoir plus :

Articles :

Fantassins allemands dans un trou d’obus

*« Vivement la guerre qu’on se tue ! », Evelyne Desbois, Terrain, n°19, Le Feu (texte intégral).
« Les clichés de la Grande Guerre »
, Yves Pourcher, Terrain, n°34, Les animaux pensent-ils ?
« La fouille des champs d’honneur », Yves Pourcher, Terrain, n°20,  La mort (texte intégral).
« Grand-Guignol », Evelyne Desbois, Terrain, n°18, Le corps en morceaux (texte intégral).

Sites et Blogs :
Le projet Mémoire des hommes du ministère de la défense, chemins de mémoire, un blog sur la grande guerre, l’armistice de 1918.

A voir :
Le musée de la grande guerre en Picardie, l’ossuaire de Douaumont.

A faire :
Lens 14-18, centre d’histoire guerre et paix, ouverture le 9 juin 2015.


Vous aimerez aussi...