Cheval, mon amour

« On peut être un très habile écuyer, un chasseur à courre très expérimenté, un jockey très heureux, un éleveur adroit et un très bon cocher, et cependant ne pas avoir la réunion des qualités qui font mériter le titre d’homme de cheval. […] Un homme de cheval se sert de cet animal sagement et met ses soins à le conserver longtemps en bon état sans tares ni défauts de caractère, tout en le faisant travailler raisonnablement. […] Cette nécessité du tact pour se servir du cheval avec justesse prouve que l’équitation est avant tout un art ; car les règles scientifiques édictées parfois mathématiquement n’y donnent des résultats réellement sérieux qu’appliquées par des personnalités qui les approprient aux sujets et aux circonstances avec adresse, à-propos et dans la mesure voulue. Toutes ces nuances constituent le tact, et, à un degré plus élevé, le talent ». Pellier, 1900.
La singularité de l’équitation vient de l’utilisation qu’elle fait d’un animal, pas n’importe lequel – le cheval, espèce à forte charge symbolique – ni n’importe comment – au corps à corps avec l’homme. Ceci implique tout un ensemble de règles, en un mot, une culture équestre, qui va bien au-delà de ce qui peut raisonnablement être considéré comme nécessaire et suffisant pour entretenir et utiliser correctement l’animal.

Pour en savoir plus :

• Un article : 
Cheval, mon amour. Sports équestres et sensibilités « animalitaires » en France
, Jean-Pierre Digard, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).



Citer ce billet
blogterrain (2011, 24 novembre). Cheval, mon amour. . Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2bw

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search