Journée de la mémoire de l’Holocauste

“Moi je ne peux pas croire que je suis encore en vie. Ma survie a été une punition. J’ai demandé à Dieu, encore et encore : « Pourquoi ai-je été épargnée, moi seule ? » Ils ont détruit toute notre vie : l’amour, les familles, la cohésion. Nous n’avons plus de familles. Tout est en lambeaux. Ils ont tout pris. Les gens se faisaient confiance, ils étaient ouverts, chaleureux… Tout ça est détruit. Je ne crois même plus en moi-même. Ce qu’ils ont détruit, c’est la foi qu’on avait les uns dans les autres, et tous les sentiments qui la font vivre.”* Maria R., stérilisée en 1944, interviewée à Hambourg en 1989.

“Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l’oubli.” Elie Wiesel.

Le 27 janvier, jour de la libération du camp d’extermination nazi d’Auschwitz est la “Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité”.

Pour en savoir plus :

Examen d’anthropologie raciale : contrôle de la couleur des yeux pratiqué sur une jeune fille tzigane, 1936-1940. (photo Bundesarchiv / United States Holocaust Memorial Museum Photo Archiv)

Des articles :
« Obstacle aux recherches sur les camps de la mort. Une pensée scientifique prise entre l’insignifiance et l’offense », Terrain n° 42, Homme/Femme.
*« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tsiganes »
, Michael Stewart, Terrain n° 54, Catastrophes.
« Photographier la catastrophe »
, Abigail Solomon-Godeau, Terrain n° 54, Catastrophes.

Sites et blog :
Mémoire de la Shoah, l’Holocauste et les Nations Unies, Fondation pour la mémoire de la Shoah.

A faire :
Le mémorial de la Shoah


Vous aimerez aussi...