Amour, amour, je t’aime tant

« Je cherche à rendre compte de cette passion dont les développements sincères ont un caractère de beauté.
Il y a quatre amours différents :
1° L’amour-passion, celui de la religieuse portugaise, celui d’Héloïse pour Abélard, celui du capitaine de Vesel, celui du gendarme de Cento*.
2° L’amour-goût, celui qui régnait à Paris vers 1760, et que l’on trouve dans les mémoires et romans de cette époque, dans Crébillon, Lauzun, Duclos, Marmontel, Chamfort, Mme d’Epinay, etc., etc. C’est un tableau où, jusqu’aux ombres tout doit être rose, où il ne doit rien entrer de désagréable, sous aucun prétexte, et sous peine de manquer d’usage, de bon ton, de délicatesse. Un homme bien né sait d’avance tous les procédés qu’il doit avoir et rencontrer dans les diverses phases de cet amour; rien n’y étant passion et imprévu, il a souvent plus de délicatesse que l’amour véritable car il a toujours beaucoup d’esprit ; c’est une froide et  jolie miniature comparée à un tableau des Carraches, et tandis que l’amour-passion nous emporte au travers de nos intérêts, l’amour-goût sait toujours s’y conformer. […]
3° L’amour-physique.
A la chasse, trouver une belle et fraîche paysanne qui fuit dans le bois. Tout le monde connaît l’amour fondé sur ce genre de plaisir; quelque sec et malheureux que soit le caractère, on commence par là à seize ans.
4° L’amour de vanité.
L’immense majorité des hommes surtout en France, désire et a une femme à la mode, comme on a un joli cheval, comme chose nécessaire au luxe d’un jeune homme. La vanité, plus ou moins flattée, plus ou moins piquée, fait naître des transports. Quelquefois il y a l’amour-physique, et encore pas toujours ; souvent il n’y a pas même le plaisir physique. […] Le cas le plus heureux de cette plate relation est celui où le plaisir physique est augmenté par l’habitude.  Les souvenirs le font alors ressembler un peu à l’amour ; il y a la pique d’amour-propre et la tristesse quand on est quitté ; et les idées de romans vous prenant à la gorge, on croit être amoureux et mélancolique car la vanité aspire à se croire une grande passion. […]
Au reste au lieu de distinguer quatre amours différents, on peut fort bien en admettre huit ou dix nuances. Tous les amours qu’on peut voir ici bas, naissent, vivent et meurent, ou s’élèvent à l’immortalité selon les mêmes lois. » Stendhal in De l’amour, 1822.

Pour en savoir plus :

<p>”Amour et Psyché”. Canova, 1793. Musée du Louvre.

• Des articles :
« Destins tragiques des coups de foudre. Les archives de Ménie Grégoire », Smaïn Laacher, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Amour, connaissance et dissimulation », Alfred Gell, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Une société élective. Scénarios pour un monde de relations choisies », Sabine Chalvon-Demersay. Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Les caresses et les mots. Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et à paris », Michel Bozon et Maria Luiza Heiborn, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral). 
« Du mariage arrangé au mariage d’amour. Nouvelles stratégies chez les Bengali d’East London 
», Kate Gavron, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral). 
« Amis ou amants ? Amours entre hommes et identités sexuelles au Pirée et à Athènes »
, Kostas Yannakopoulos, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral). 
« Les bruits et les silences de l’amour en pays rabelaisien »
, Bernadette Bucher, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
L’origine de la Saint-Valentinque se passe-t-il dans le cerveau ?


Vous aimerez aussi...