Une théorie anthropologique de l’art

Est-il possible de remplacer le concept d’esthétique par celui d’art ? Une théorie qui ne repose pas sur la notion de beauté est-elle envisageable ? Peut-on faire abstraction de l’intentionnalité de l’artiste pour apprécier un objet d’art ? Peut-on « juger » une œuvre sans connaître le contexte dans lequel elle a été créée et les critères de beauté de ceux qui l’ont produit ?
 » Alfred Gell soutient que l’esthétique ne saurait être la base d’une théorie générale applicable aux objets d’art. Une telle théorie doit fonctionner dans tous les cas et a besoin, pour cela, d’être ancrée dans les traits qui caractérisent les membres de l’espèce Homo sapiens. Pourquoi, depuis les temps les plus reculés, les hommes ont-ils produit des objets qui nous semblent artistiques et que nous considérons, ici et maintenant, comme « beaux », demande Gell ? Non parce qu’ils recherchaient la beauté (de quelque sorte qu’elle soit), des tas de gens ne s’intéressant pas à cette idée. Néanmoins, il est clair que des objets non utilitaires nous ont toujours fascinés et possèdent un pouvoir certain. Comment l’expliquer ? La réponse de Gell est la suivante : ce qui a été appelé objet d’art, et bien d’autres qu’on ne penserait pas forcément à désigner sous ce vocable, possède une force ou un pouvoir de fascination parce que nous considérons ces objets comme des indicateurs de ce qu’il y avait dans l’esprit des personnes qui les ont, à différents degrés, fabriqués ou utilisés. Ainsi La Joconde nous permet-elle d’appréhender tout à la fois l’intention du peintre de produire un bel objet qui impressionnera des personnes spécifiques, celle de la femme elle-même de séduire ou de se moquer, celle de cette femme d’être représentée comme séductrice ou moqueuse, l’acceptation ou le refus par l’artiste d’illustrer l’humeur que le modèle veut voir représentée, l’intention du mécène de commander l’objet afin, peut-être, de montrer sa fortune et/ou la beauté des femmes sur lesquelles il exerce son pouvoir, et/ou son amour, l’intention de l’Etat français de démontrer le pouvoir et la richesse qui lui permettent de s’emparer, d’exposer et de préserver, au moyen de remarquables et scientifiques mesures de conservation et de sécurité, un objet si désirable. Tous ces esprits dont on imagine les désirs sont, consciemment et inconsciemment, évoqués quand on prend connaissance du chef-d’œuvre de Léonard de Vinci, objet dénué en lui-même de croyances et de désirs. Là se trouve, pour Gell, la source de son pouvoir. »*
Ainsi, Alfred Gell propose une théorie de l’art qui remplace l’esthétique par l’intentionnalité de l’agent. Cette théorie est anthropologique car elle repose sur la capacité cognitive des êtres humains de se comprendre entre eux et d’imaginer ce qui se passe dans l’esprit des autres, ce qui est la base de la vie en société.

Pour en savoir plus :

La Joconde, musée du Louvre.

Des articles :
* « Une nouvelle théorie de l’art. A propos d’Art and Agency d’Alfred Gell », Maurice Bloch, Terrain32, Le beau (texte intégral).

Sites et blog :
La Joconde, histoire et analyse; La Joconde : analyse d’œuvre; Alfred Gell, Art and Agency. An anthropological theory; Alfred Gell, the art of anthropology, Essays and Diagrams; Détours des mondes.

A faire :
« Matisse, paires et séries », du 7 mars au 18 juin 2012 au centre Pompidou.


Vous aimerez aussi...