“Société” et “culture” carcérales

« C’est un autre monde, c’est un monde à part. » « C’est une autre société, en miniature. » Ces déclarations de prisonnières et de gardiennes ne causent certainement pas de surprise, tant leur teneur est banale. En effet, les notions de « société » et de « culture » carcérales sont depuis longtemps devenues courantes aussi bien pour le sens commun que dans le discours des sciences sociales. Erving Goffman a défini les « institutions totales», dont font partie les prisons, comme des univers caractérisés surtout par l’inexistence des barrières qui séparent normalement les diverses sphères de vie (résidence, travail, loisirs) de l’individu.  […] L’idée d’une « microsociété » – ou d’une « société dans la société » – est pourtant spécialement forte et récurrente à propos des prisons.[…] La théorie de la prisonization est reprise par Gresham Sykes et Sheldom Messinger, qui tentent de rendre compte de l’existence d’une culture pénitentiaire ou, dans leurs propres termes, de la « récurrence dans diverses populations détenues d’un code de conduite exprimé par un ensemble de maximes » – « Ne dénonce pas », etc. – et d’une gamme de rôles sociaux typifiés dans le jargon des détenus par rapport à ce code, comme le « mouchard », le « mec bien », etc. . Selon ces auteurs, autant la sous-culture que le système social qu’elle régule se développent en réponse à cinq pains of imprisonment (privations causées par la détention) : privation matérielle, sexuelle, de sécurité personnelle, d’autonomie, de liberté. La culture pénitentiaire traduirait ainsi une adaptation aux conditions de détention et contribuerait à la restauration de l’image de soi-même et à la récupération de prérogatives essentielles. Étant apprise simultanément à l’établissement de liens avec le groupe détenu, elle alimenterait donc des valeurs criminogènes, constituant un obstacle aux objectifs institutionnels de réintégration sociale.» in Terrain n°24*.

Pour en savoir plus :

Des articles :
« Le temps suspendu. Rythmes et durées dans une prison portugaise », Manuela Ivone Cunha, Terrain n° 29, Vivre le temps (texte intégral).
*« Sociabilité, “société”, “culture” carcérales. La prison féminine de Tires (Portugal) »
, Manuela Ivone Cunha, Terrain n° 24, La fabrication des saints (texte intégral).

Sites et blog :
Observatoire international des prisons
, conditions de détention et réinsertion, les prisons en France, le journal de campagne sur les prisons.

A voir :
« A l’ombre de la république», documentaire de Stéphane Mercurio.


Vous aimerez aussi...