Pélerinage de Gruissan : le vin et les morts

Le lundi de Pâques, à Gruissan, les pèlerins vont rendre hommage aux marins disparus en mer le 28 février 1797. Les jeunes parcourent à pied l’ancien itinéraire reliant le village au cimetière marin d’une façon un peu particulière : « On boit un coup à chaque tombe. La première tombe est à la sortie du village. La seconde est au parking du Phoebus, le dancing. La troisième, elle est au croisement de la Route Bleue, avant le château du Bouich. La quatrième, elle est à l’endroit qu’on appelle La Montée du Cros, juste après l’embranchement du petit chemin qui mène à la grotte de La Crouzade. Ensuite il y en a régulièrement, à gauche, à droite… Puis, après, on arrive au parking en bas du chemin de croix, là où il y a la chaîne avec les deux bittes d’amarrage. Et là c’est pareil, on boit, on continue exactement pareil. » Les jeunes “boivent pour les défunts” jusqu’à en être ivres morts. Ces pratiques renvoient à un large ensemble de croyances qui, ailleurs et en d’autres occasions, associent vin et usages funéraires et notamment, dimension particulièrement prégnante pour les disparus en mer, vin et voyage dans l’au-delà. Pour certains cependant, ceci ne justifie pas les comas éthyliques auxquels succombent les pèlerins !

Pour en savoir plus :

• Un article :
« Traverses d’un pèlerinage. Les jeunes, le vin et les morts »
, Christiane Amiel, Terrain n° 13, Boire (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Lieux secrets du pays Cathare, ville de Gruissan.


Vous aimerez aussi...