Coopération et parenté

Chez les Sulka de Nouvelle-Bretagne, les pratiques de coopération sont si prégnantes qu’il ne semble guère exister un seul comportement social qui ne soit coopératif à un degré ou à un autre. Ces pratiques concernent aussi bien le partage de la nourriture, de  la terre mais également celui des enfants! Ceci est assez difficile à appréhender pour nous. En effet dans les sociétés occidentales, la maturité sociale d’un individu se mesure à son degré d’autonomie. A l’inverse, dans les sociétés mélanésiennes, l’individu se pense en filiation, comme maillon d’une chaîne et donc nécessairement comme dépendant des autres. “A chaque fois, le besoin de l’un (protagoniste des échanges annoncés) doit suffire à faire agir l’autre (pourvoyeur de l’aide), sans qu’une sollicitation expresse ne transforme leur relation en acte de simple docilité par ce dernier. […] Si “je suis l’autre”, alors l’autre me concerne. Au nom d’une éthique héréditaire d’assistance, ceux qui “se tiennent” doivent avoir l’assurance qu’ils participent des affaires de chacun.” in Terrain n°58. Ainsi, le sens de la coopération renvoie à une conception particulière de la personne et de la parenté.

Pour en savoir plus :

Petite fille sulka revenant du jardin, Milim, 1981.

Un livre :
“Naître par le sang, renaître par la nourriture : un aspect de l’adoption en Océanie”, Monique Jeudy-Ballini in Adoptions, sous la direction d’Agnès Fine.

Des articles :
“Pourquoi coopérer”, Joël Candau, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
* “Le parti pris de parenté. Un exemple mélanésien de coopération”, Monique Jeudy-Ballini, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.

Sites et blog :
Marcel Mauss, cahier de recherche : une anthropologie de la coopération.

• A faire :
Mardi 3 avril – 18 h30 :Rencontre-débat à l’occasion de la parution du n° 58 de la revue Terrain. Avec Monique Jeudy-Ballini, Emmanuel Grimaud et Joël Candau.
Le Comptoir des presses : 86, rue Claude Bernard, Paris 75005


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 février 2013

    […] solidarité familiale. C’est également le cas chez les Sulkas de Nouvelle-Bretagne, où les dons d’enfants créent ou renforcent les liens entre les protagonistes de l’échange. “Par contraste, […]