Une culture universelle ?

“Peut-être faudrait-il trouver un autre terme que celui de « culture » pour ces œuvres qui ont le mérite, la vertu de nous permettre d’échapper à cette finitude qui est notre lot, notre malheur, notre réalité. C’est ce que dit merveilleusement Soljenitsyne dans le discours qu’il n’a pu prononcer lorsqu’il a reçu le prix Nobel. […] Soljenitsyne part d’une phrase de Dostoïevski, d’une platitude un peu kitsch avant son commentaire : « La beauté sauvera le monde. » Pourquoi donc ? Parce que sans l’Art, sans l’Art qui est la beauté, nous serions livrés, dit Soljenitsyne, à notre propre expérience, nous n’aurions aucune possibilité d’y échapper : notre expérience serait notre loi. La seule chose, selon lui, qui nous fasse comprendre de l’intérieur l’expérience d’un autre et des autres, c’est la littérature : hors d’elle, nous pouvons certes accumuler de l’information, mais non comprendre de l’intérieur. Soljenitsyne pose donc l’existence d’un lieu où les hommes communiquent entre eux par-delà les pratiques culturelles des diverses traditions ou cultures, par-delà la multiplicité des appartenances ; d’un lieu grâce auquel et au travers duquel les hommes peuvent s’arracher à leur appartenance.
Dans La défaite de la pensée, ce que je reprochais à la définition purement ethnographique de la culture, c’était de n’envisager celle-ci qu’en termes de pratiques culturelles, en termes de tradition et de ne faire aucune place à ce lieu de possible arrachement à l’expérience que constitue, par exemple, la littérature. Le nom de culture ayant été confisqué au profit des pratiques culturelles, quel nom alors donner à cette autre tradition, qui est, si j’osais ce paradoxe, une tradition de l’arrachement, et qui s’est inscrite dans les œuvres d’art.” Alain Finkielkraut in Terrain n°17 *.

L’unité du genre humain et la diversité des cultures sont-ils nécessairement antagonistes ? Peut-on être universaliste sans admettre la diversité des œuvres des cultures ? Peut-on atteindre à l’universel sans reconnaître les lieux où il se manifeste, c’est-à-dire nécessairement les singularités ? Est-il possible de parler de la culture sans établir une hiérarchie des cultures ?

Pour en savoir plus :

• Un article : 
* « “Un clip vaut Shakespeare”. Entretien avec Alain Finkielkraut »
, Jeanne Favret-Saada, Gérard Lenclud et Alain Finkielkraut, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).

• Sites et blog : 
Alain Finkielkraut sur France Culture, universalité de la culture et droit des individus.


Vous aimerez aussi...