Le scarabée conducteur

Parmi les nombreux jeux populaires en Thaïlande qui ont pour principaux acteurs des animaux, l’un des plus surprenants est le jeu de kwaang ou combat de scarabées. Lors de ce combat, chacun des scarabées est “coaché et guidé” par un joueur. Comment des humains et des coléoptères, qui se caractérisent par des capacités perceptives, cognitives et motrices si différentes, parviennent-ils à coordonner leurs actions ? Comment les joueurs établissent-ils et entretiennent-ils le contact avec leurs insectes ? Dans la variété des contacts qui s’établissent entre les joueurs et les insectes, à quel moment peut-on dire qu’il y a vraiment coopération ? Quelle est le degré de finesse et de réciprocité de cette communication homme-animal ?

Pour en savoir plus :

Après une période d’échauffement durant laquelle les joueurs peuvent stimuler par contact direct leur scarabée respectif, ces derniers s’apprêtent à relâcher leurs protégés, parés pour le combat proprement dit.

Des articles :
“Pourquoi coopérer”, Joël Candau, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Le scarabée conducteur. Le jeu de kwaang, entre vibration et coopération”, Stéphane Rennesson, Emmanuel Grimaud & Nicolas Césard, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.

Sites et blog :
La coopération chez les animauxcahier de recherche : une anthropologie de la coopération.

A voir :
“Les rois du kwaang” de Stéphane Rennesson, Emmanuel Grimaud et Nicolas Césard.


Vous aimerez aussi...