Quand les femmes cuisinent les kolliva …

« En 362, l’empereur Julien l’Apostat, qui savait que les chrétiens se purifiaient en jeûnant la première semaine du carême, a fait disparaître toute nourriture des marchés, afin de les forcer à manger de la viande qui provenait de sacrifices païens. C’est à ce moment que saint Théodore a révélé au patriarche Eudoxios la pratique des kolliva : il lui a dit de faire bouillir du blé et de le distribuer aux dévots, de façon qu’ils puissent respecter les prescriptions du carême. Cette nourriture maigre est devenue, par la suite, l’offrande emblématique en l’honneur des morts. Dans les villes grecques, chaque cimetière possède une salle, où, une fois terminées les cérémonies funéraires les plus importantes, on se retrouve pour se consoler et pour goûter aux kolliva. On peut distinguer deux formes de commémorations funéraires, celles qui s’adressent aux défunts dans leur ensemble et celles qui scandent les années qui suivent le décès d’une personne. Deux catégories de kolliva y correspondent : ceux que j’appellerai collectifs, qui sont faits en l’honneur d’un groupe de défunts ; et les kolliva individuels, qui commémorent le trépas d’un individu. Les kolliva collectifs constituent l’offrande principale de ceux qui visitent le cimetière le samedi, que l’Église orthodoxe considère comme le jour dédié aux âmes (psychosavvato). Ce qualificatif est, plus particulièrement, attribué à quatre samedis : les deux derniers du carnaval, le premier du carême et celui qui précède la Pentecôte. […] Selon une croyance populaire, les âmes des morts vivent dans un monde parallèle et passent un certain temps chaque année avec les vivants, qu’il faut chaque fois marquer par la fabrication de kolliva.  » in Terrain n°45 *.
Ainsi, les femmes orchestrent le partage d’une même nourriture entre vivants et morts, afin de réintégrer ces derniers dans l’espace domestique.

Pour en savoir plus :

Icône de la trinité d'Andreï Roublev

Des articles :
* « Mourir et renaître en Grèce : quand les femmes cuisinent les kolliva », Katerina Seraïdari, Terrain n° 45, L’argent en famille (texte intégral).
« En aparté avec les morts… », Pascale Trompette et Sandrine Caroly, Terrain n°43, Peurs et menaces (texte intégral).
« Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ? (texte intégral).
« La mort et la conception de la personne », Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant. Les rituels mortuaires chez les Tsiganes de Hongrie », Michael Stewart, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
Une aide au travail de deuil, l’association sosfindevie, l’information orthodoxe, le christianisme orthodoxe.


Vous aimerez aussi...