La rebellion touareg

Les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) ont renoncé la semaine dernière à leur fusion très controversée avec les islamistes d’Ansar Dine (allié à Al-Qaïda) dans le nord du Mali, en raison de désaccords sur l’application de la charia, la loi islamique.
Le mouvement touareg lutte depuis plus de cinquante ans pour la reconnaissance de sa culture et de ses droits politiques. Ce mouvement politique armé, officiellement reconnu à partir de 1990 a connu de nombreuses évolutions.
« En 1963, les Kel Adagh s’étaient opposés au rattachement de leur région au Mali. L’armée avait alors réagi violemment. Les massacres de civils et du bétail traumatisèrent durablement les Kel Adagh, qui prirent la fuite vers l’Algérie proche, emmenant avec eux une génération d’orphelins. A partir des années 1970, une conjonction de facteurs politiques, climatiques et économiques a provoqué de nouvelles vagues de migrations. Elles touchèrent cette fois des populations originaires de la vallée de l’Azawagh et du Tamesna (Niger et Mali), de l’Aïr (Niger) et de l’Adagh (Mali). Durant les décennies 1970 et 1980, des pans entiers de la société nomade tombent dans le dénuement le plus total. […] C’est à Tamanrasset, qui concentre un grand nombre de réfugiés de la sécheresse et d’exilés politiques, que l’on va prendre l’habitude de désigner les jeunes hommes en quête de travail par le terme ishumar, au singulier ashamur, venu du français chômeur. Le signifié va peu à peu se désolidariser de sa référence au désœuvrement pour prendre les connotations de « militance » et d’« engagement ». Les générations de l’exil vont en effet élaborer une « critique politique radicale » nommée tanakra (l’« éveil », le « soulèvement »). Elle fonde sa ligne de pensée et d’action sur le principe de la libération armée des régions touarègues du Mali et du Niger et sur un projet politique d’autodétermination. Au tournant des années 1980, le mouvement se structure grâce au soutien intéressé de Kadhafi et s’installe en Libye. Les jeunes chômeurs deviennent apprentis soldats et se forment aux techniques modernes de combat. Commence alors une décennie d’activisme acharné, de préparatifs et de revers, d’unions et de divergences jusqu’à l’offensive qui éclate en 1990. Ces années se caractérisent par la transformation d’un mouvement social informel en une organisation politique structurée autour d’objectifs définis. Au sein de la société touarègue, ashamur nomme désormais l’émergence d’une figure héroïque renouvelée, celle d’un justicier et d’un protecteur, aux positions politiques en confrontation ouverte avec l’Etat. » Nadia Belalimat in Terrain n°41 *.
La rebellion touareg, non soutenue par la communauté internationale, se trouve aujourd’hui dans une situation difficile.
« Nous avons exprimé notre disponibilité pour trouver un partenariat avec la communauté internationale » face au « terrorisme islamique », mais « on ne peut pas nous demander de renoncer » à l’indépendance de l’Azawad, a répliqué le porte-parole du MNLA Mossa Ag Attaher.

Pour en savoir plus :

Touaregs à la frontière de l’Algérie et du Mali

• Des articles :
*« Qui sait danser sur cette chanson, nous lui donnerons la cadence. Musique, poésie et politique chez les Touaregs »
, Nadia Belalimat, Terrain n° 41, Poésie et politique (texte intégral).
« Charles de Foucauld face aux Touaregs. Rencontre et malentendu », Dominique Casajus, Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Le mouvement touareg, dialogue avec le mouvement touareg.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.