Paradis à vendre

« Pensez-vous que Tahiti soit un paradis ?
Qu’est-ce qui fait le charme de Tahiti ? »
Que proposez-vous pour assurer aux populations tahitiennes un avenir adapté au caractère de l’île et aux exigences de la vie moderne ? »
Ces questions, posées en 1963 par un hebdomadaire polynésien  à des touristes européens, font ressortir l’évidence des présupposés colonialistes.
Le développement du tourisme de masse en Polynésie-Française au début des années 1960 exploita pleinement les qualités légendaires de Tahiti. Les autorités coloniales et l’élite métisse promirent aux touristes une expérience collant à l’image floue mais attrayante d’un paradis terrestre, et comprenant l’accès à un artisanat et à des spectacles « traditionnels ». Après plus d’un siècle de contact européen et d’administration française, une telle offre exigeait des habitants du cru qu’ils s’engagent dans une sorte d’auto-imitation en transformant leurs traditions en show touristique !

Pour en savoir plus :

affiche_tiki_pop_800x533_def• Des articles : 
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) », Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).  
« Modernité, corps et transformation de soi. Les salons de coiffure aux îles Tonga [Polynésie occidentale) »
, Niko Besnier,  Terrain n° 61, Les morts utiles
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) »
, David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage »
, David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
L’organisation mondiale du tourisme, l’office du tourisme de Tahiti.

• A voir :
Exposition « Tiki Pop, l’Amérique rêve son paradis polynésien », jusqu’au 28 septembre 2014 au musée du Quai Branly.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search