A la recherche du cheval parfait

En 1880, une nouvelle race est née : le cheval noir de la Nièvre. Grand et puissant cheval de trait, il fut inventé, modelé et sculpté de toutes pièces afin d’obtenir une bête apte aux travaux agricoles. On l’a voulu reproducteur d’élite, voué au concours de race et authentifié par un livre généalogique. Sur tous les fronts, le Nivernais dut mener un combat incessant : aux échelons national et international, les meneurs de la race noir affrontaient à la fois le savoir-faire redoutable des « gens du percheron » et les foudres de l’administration centrale. L’identité de ce cheval s’est construite dans les conflits, il a cristallisé les tensions sociales des différents groupes en présence. La race noire perd officiellement son autonomie en 1966. Dans les années 1980, des initiatives publiques, comme celle du parc régional du Morvan, se mettent en place pour le sauver; la presse se mobilise pour la cause de ce « fleuron du département ». Quelques éleveurs relèvent aujourd’hui encore le défi et revendiquent le label « trait noir ». Pourquoi un tel acharnement pour une race en voie de disparition, envers et contre toute rationalité économique ? De quoi ce « sang sous la masse » est-il le symbole ?

Pour en savoir plus :

• Un livre :
La bête noire.
A la recherche du cheval parfait. Bernadette Lizet.

• Des articles : 
 » Cheval, mon amour. Sports équestres et sensibilités « animalitaires » en France
« , Jean-Pierre Digard, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral). 
« Sur le terrain de concours ou l’ethnologue comme acteur social »
, Bernadette Lizet, Terrain n° 15, Paraître en public (Texte intégral).

 • Sites et Blogs : 
La fédération française d’équitation, sur l’équitation.

• A faire : 
Colloque « le cheval et ses patrimoines » les 4 et 5 octobre à Paris, salon du cheval du 1 au 9 décembre 2012.


Vous aimerez aussi...