Le mauvais œil

“Science du mauvais œil…Cela ne renvoie pas à quelque rationalisation que subirait la croyance au «mauvais œil» ou à la jettatura, par exemple dans l’illuminisme napolitain, mais bel et bien à l’homogénéité, dans le monde méditerranéen en particulier, et aussi dans la culture européenne, entre ce qu’on rapporte d’ordinaire aux «croyances populaires», voire même aux superstitions, et la science, tout au moins celle d’une certaine époque, qui va de l’Antiquité au XVIIe siècle et se prolonge au-delà dans bien des secteurs. Science ? Philosophie ? Religion ? Folklore ? Ces catégories sont certainement inadéquates pour désigner une forme de savoir restée prédominante jusqu’à la révolution scientifique et idéologique du XVIIe siècle européen. […] Dans l’ensemble de croyances relatives au mauvais œil, le mauvais regard, c’est le regard oblique, le regard torve ou strabique, c’est-à-dire tordu. C’est également le regard qui a permis de voir en premier l’autre, avant qu’il ne voie lui-même celui qui l’a regardé : c’est ainsi que Méduse méduse, que le basilic paralyse et que le loup rend muet l’homme qu’il a rencontré. On pourrait dire, en définitive, que seul l’échange de regards fait qu’il y a un regard. C’est pourquoi on ne dit guère «mauvais regard» mais bien «mauvais œil». C’est l’œil qui est mauvais en lui-même. Son action est donc bien involontaire.” Max Caisson in Terrain n°30.
Quelles sont les origines de cette croyance ? Quels sont ses fondements scientifiques ? Sur quels symboles s’appuie-t-elle ? Et pourquoi est-elle aussi répandue ?

Pour en savoir plus :

Un article :
« La science du mauvais œil (malocchio). Structuration du sujet dans la “pensée folklorique” », Max Caisson, Terrain n° 30, Le regard (texte intégral).

A faire :
Entrée des mediums, spiritisme et art d’Hugo à Breton, maison de Victor Hugo jusqu’au 20 janvier 2013.


Vous aimerez aussi...