27/01/2013 : Journée de la mémoire de l’Holocauste

Peut-on penser les mises à mort illégitimes des camps de concentration qui, a fortiori, sont des meurtres perpétrés avec une démesure dans la déshumanisation que certains n’hésitent pas à qualifier d’indicible ? Comment peut-on effectivement étudier scientifiquement ces violences extrêmes qui surgissent comme des parenthèses protubérantes dans un monde occidental fier de sa civilisation ? Les violences perpétrées dans les camps de la mort nazis peuvent-elles être pensées par des scientifiques ? Qu’est-ce que l’inhumain ? Qu’entend-on par “humanité” dans l’expression “crime contre l’humanité” ? Et comment analyser cet « indicible » ?

Pour en savoir plus :

Mémorial de la Shoah.
Photo : Nathalie Darbellay

Des articles :
* « Obstacle aux recherches sur les camps de la mort. Une pensée scientifique prise entre l’insignifiance et l’offense », Patrick Bruneteaux, Terrain n° 42, Homme/Femme (texte intégral).
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tsiganes »
, Michael Stewart, Terrain n° 54, Catastrophes.
« Photographier la catastrophe »
, Abigail Solomon-Godeau, Terrain n° 54, Catastrophes.

Sites et blog :
Mémoire de la Shoah, l’Holocauste et les Nations Unies, Fondation pour la mémoire de la Shoah, journée de la mémoire de l’Holocauste, le cercle d’étude de la Shoah, Urba-Rom, la revue Études Tsiganes.

A voir :
Le mémorial de la Shoah à Paris, mémorial de l’Holocauste à Berlin, “La Shoah en Europe” au musée juif de Venise jusqu’au 6 février 2013, “Des noms sur des murs” aux archives départementales de Bobigny jusqu’au 29 mars 2013, “Juger Heichmann” à Oradour sur Glane jusqu’au 28 avril 2013.


Vous aimerez aussi...