Expliquer le hard core

« Deux cas cliniques présentent des personnes qui ressentent les gestes faits par d’autres gens sur d’autres gens comme si c’étaient des gestes faits sur eux-mêmes. […] La deuxième patiente, C…, dit avoir des sensations tactiles chaque fois qu’elle voit un membre humain toucher une partie d’un corps, exactement comme si c’était son corps à elle qui était touché. Sarah-Jane Blakemore et son équipe ont entrepris de montrer que ce dernier phénomène pouvait s’observer également chez les sujets normaux, qui n’en ont pas conscience. Pour ce faire, son équipe a comparé les activations cérébrales produites par deux séries de films. Dans la première série, une main humaine touche un objet (un ventilateur, une lampe ou un haut-parleur) tantôt à un certain endroit, tantôt à un autre. Dans la seconde, une main identique touche un être humain (un homme, deux femmes), soit à l’épaule, soit à la tête. Dans une dernière condition, les sujets sont touchés soit à la tête, soit au cou. Tous les films induisent des activations dans des régions du cerveau concernées par la perception tactile – c’est ce que l’on appelle la « résonance tactile ». Mais les films où c’est un corps humain qui est touché induisent des activations tactiles qui, si on les compare à celles provoquées par les films montrant des objets, sont plus importantes et plus précises, puisqu’elles s’étendent au cortex sensoriel primaire, endroit où aboutit directement l’influx nerveux tactile. Dans cette région, les influx nerveux se répartissent selon l’endroit du corps d’où ils proviennent, selon un schéma qui rappelle grossièrement la forme d’un corps humain. Si on compare les activations causées par l’observation d’une main touchant une tête humaine avec celles obtenues en touchant le sujet à la tête, l’activation supplémentaire causée par le film se trouve dans la région sensorielle associée au traitement des sensations tactiles au niveau de la tête – de même pour le cou. L’association sensorielle entre les « caresses » perçues et celles que l’on pourrait vraiment ressentir semble donc assez précise, quoique inconsciente. » Olivier Morin in Terrain n°49. Ainsi, à la façon d’un virus manipulant le métabolisme cellulaire, le hard core détourne à son profit des mécanismes cognitifs qui n’ont rien à voir avec lui, et véhicule juste l’information nécessaire pour déclencher la jouissance.

Pour en savoir plus :

La masturbation, illustrée par le révérend Brendan Powel Smith dans sa bible en Lego (photo www.thebricktestament.com, courtesy of B. P. Smith)

Un article :
« La confusion des sensations : expliquer le hard core», Olivier Morin, Terrain n° 49, Toucher (texte intégral).

Sites et Blogs :
La synesthésie tactile, les neurones miroirs.

A voir :
Une conférence sur les neurones miroirs.

 


Vous aimerez aussi...