Les conceptions de l’amour

« A Umeda (Nouvelle-Guinée), l’amour tel que nous le connaissons – une idylle avec une personne relativement étrangère que l’on choisit d’aimer parmi toutes celles possibles – était impensable. Les Umeda se mariaient entre cousins et s’échangeaient leurs sœurs ; les mariages étaient planifiés bien avant que la fille ne devînt adulte (les garçons étaient habituellement plus âgés, la proportion entre les sexes leur étant défavorable). Les hommes devaient simplement attendre que les filles qui leur étaient destinées grandissent, centimètre par centimètre, tels des arbres fruitiers… Comme la population était à son niveau le plus bas (pas plus de 750 personnes, dont seulement quelques-unes avaient des chances de se marier selon les règles en vigueur), les garçons ne pouvaient espérer faire la cour à une fille célibataire et encore moins en « tomber amoureux » à l’occidentale. Je ne sais pas si les filles en faisaient autant, mais ils fantasmaient sur l’amour, qui était pour eux une abstraction. […] Il ne pouvait y avoir d’amour à Umeda que dans un seul contexte, celui de l’infidélité, ou de l’adultère unilatéral entre homme célibataire et femme mariée. A mon avis, l’amour et l’adultère sont forcément la même chose dans un endroit comme Umeda. Si le mariage entre cousins est la « forme élémentaire » de l’alliance interfamiliale, alors la forme élémentaire de l’amour est l’adultère. Les Umeda aimaient beaucoup discuter de ces liaisons avec moi. […] Je n’ai aucun moyen de savoir dans quelle mesure ces bavardages sur le sexe correspondaient vraiment à la réalité. Mais, en supposant qu’on ne me racontait pas tout simplement des histoires, les Umeda avaient de véritables aventures amoureuses, des liaisons impliquant un choix personnel (du moins pour la femme) et la plus grande discrétion. Si les amants étaient découverts, on les punissait par des coups ou, le plus souvent, par la sorcellerie. […] Bien sûr, le mot « amour » ne fait pas partie de leur vocabulaire puisqu’il n’est pas admis. Leurs institutions sociales fonctionnent entièrement sans qu’il intervienne jamais comme motif ou comme base des relations légitimes. L’amour est extra-structurel, et son seul intérêt dans la vie publique est qu’on le tient toujours pour responsable de la mort des gens car les mauvais sorts sont jetés pendant ou après des histoires d’amour compliquées. […] Passons à présent à l’autre extrémité de l’échelle informationnelle, à ces sociétés modernes dans lesquelles l’amour, loin d’être méconnu, est structurellement essentiel – c’est du moins ce que l’on pense. Les gens y apprennent à croire qu’ils y découvriront un jour, par affinité élective, parmi le nombre illimité d’individus dont ils n’ont qu’une connaissance générale, l’être particulier qu’ils aimeront, avec lequel ils vivront comme prévu en harmonie, auront des enfants, etc. Je n’ai pas besoin de dire que cette idée est aussi arbitraire et invraisemblable que n’importe quelle croyance des Umeda en matière de sorcellerie. »* Alfred Gell in Terrain n°27.

Pour en savoir plus :

IMG_6188Des articles :
« Amour, connaissance et dissimulation », Alfred Gell, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Destins tragiques des coups de foudre. Les archives de Ménie Grégoire », Smaïn Laacher, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Une société élective. Scénarios pour un monde de relations choisies », Sabine Chalvon-Demersay. Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Les caresses et les mots. Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et à paris », Michel Bozon et Maria Luiza Heiborn. Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« En quête d’une partenaire idéale », Nasser Tafferant, Terrain n° 49, Toucher (texte intégral).
« “Chanter l’amour”. Musique, fierté et pouvoir »
, Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Que se passe-t-il dans le cerveau quand on tombe amoureux ?

A voir :
“Le cerveau amoureux” par Helen Fisher.



Vous aimerez aussi...