Journée mondiale du don d’organes

En Europe, 61 000 malades attendent un don d’organe et, chaque jour, douze d’entre eux décèdent faute de transplantation. Cette pénurie d’organes entraîne le trafic, le tourisme de transplantation et est à la source de nombreux scandales. A ces difficultés matérielles viennent s’ajouter les difficultés psychologiques d’accepter et de vivre avec un organe étranger quand on a la chance d’être greffé :
“« Mon rein, c’est un monsieur de quarante ans, c’est tout ce que je sais », déclare Gustave (14 ans) qui, en fait, en sait un peu plus et imagine toute une série d’histoires. « Comment le rein a-t-il pu venir ? En avion, si c’est loin ? Ou en vélo ? Ça me fait drôle d’avoir sur moi quelque chose de quarante ans. Encore si c’était dix-neuf ou vingt, je trouverais normal, mais quarante je trouve ça vieux. C’est quelque chose qui a beaucoup travaillé. C’était un malade ou un accidenté. Je ne pense pas que c’était une personne vivante. Enfin, du moment que ça marche, c’est le principal. » Et quand ça ne marche plus et qu’il doit être dé-transplanté, Gustave prépare les explications qu’il fournira aux copains : « Je vais leur expliquer que c’était le rein d’un mort. » N’est-ce pas comme si avant il avait essayé de penser que ce n’était pas vrai ? Un rein de mort étant déjà pour lui un rein mort ?” * Ginette Raimbault in Terrain n°18.

Pour en savoir plus :

Dessin réalisé par un enfant en hémodialyse

Un article :
*« Morceaux de corps en transit »
, Ginette Raimbault, Terrain n° 18, Le corps en morceaux (texte intégral).

Sites et Blogs :
Fédération France Adot, Greffe de vie, scandale autour des dons d’organes, journée mondiale du don d’organes.