L’alternative écologique au quotidien

“Quand on est arrivé au village, ils ont eu peur. Ils se sont dit qu’on allait faire comme les hippies d’il y a trente ans, qui fumaient, se la coulaient douce. Ils s’étaient installés dans le champ d’à côté, tout près d’ici, ils sont partis assez vite. Nous, ils nous ont vu bosser […]. Notre militance, elle est là dans notre quotidien. Notre militance c’est de transformer ce vieux moulin pour en faire un séchoir [pour les herbes médicinales]. C’est de cultiver en bio. C’est de vivre en yourte. De mettre notre fille à l’école du village. Nous, on a remis en état les chemins et les terrasses qui étaient remplis de ronces hautes comme ça. […] On fait un truc que l’Etat ne fait pas”. Stéphane, cultivateur de plantes médicinales in Terrain n°60.
Stéphane et sa compagne ne sont pas isolés. De plus en plus de personnes font le choix de vivre et de travailler autrement. Le mode de vie écologique radical se définit par une alimentation biologique, un habitat partiellement ou totalement écoconstruit, une défense de l’ancrage local et des circuits courts de distribution, et des pratiques d’éducation et de médecines alternatives. Vivre de telles alternatives en zone rurale relève de tâtonnements et d’une conquête perpétuelle que l’on soit issu ou non d’une famille déjà engagée dans cette démarche. Qualifier ce mode de vie alternatif au quotidien est très périlleux. Décroissance ? Sobriété volontaire ? Alternative libertaire ? Ethique de vie ? Utopie ? Militantisme ? Et vous, ça vous dirait ?

Pour en savoir plus :

Chantier participatif.

Chantier participatif. 
 

Des articles :
« L’alternative écologique. Vivre et travailler autrement », Geneviève Pruvost. Terrain n° 60, l’imaginaire écologique.

Sites et Blogs :
Eco(lo) chroniques, l’écologie positive, blog environnement, Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Notre planète, BuzzEcolo, Société Française d’Ecologie, Ecologie pratique.


Vous aimerez aussi...