18 avril : Journée internationale des monuments et des sites

« Dans les « Considérations désobligeantes », partie de ses Œuvres pré-posthumes, Robert Musil consacre quelques pages incisives aux monuments, dont il souligne d’entrée la propriété essentielle :
Entre autres particularités dont [ils] peuvent se targuer, la plus frappante est, paradoxalement, qu’on ne les remarque pas. Rien au monde de plus invisible. Nul doute pourtant qu’on ne les élève pour qu’ils soient vus, mieux pour qu’ils forcent l’attention ; mais ils sont en même temps, pour ainsi dire, « imperméabilisés », et l’attention coule sur eux comme l’eau sur un vêtement imprégné, sans s’y attarder un instant (Musil 1965).
La réflexion se vérifie aisément si l’on considère le fourmillement des appels à la mémoire qui ponctuent le décor urbain occidental : plaques commémoratives apposées sur les façades, statues de célébrités, ou encore petits édifices porteurs de dates et de noms qui font signe vers un élément précis du passé. Leur absence soudaine nous troublerait, mais l’habitude fait qu’on leur attache moins d’attention qu’à une vitrine, un factionnaire ou « un sou tombé sur le trottoir ». […] « Il doit bien y avoir une explication », poursuit Musil. Et il en propose une qui renvoie à un principe très général – l’habitude érode la perception – mais qui vaut surtout pour ses effets ironiques. Les édifices pour la mémoire deviennent inexorablement les instruments d’un effacement et la meilleure façon de traiter les grands hommes est sans doute de leur élever des monuments.
Sans doute Musil vise-t-il dans ces propos ce que son contemporain, Aloïs Riegl, viennois comme lui, avait nommé en 1903 les « monuments intentionnels », érigés pour instituer une pensée collective, affirmer une valeur, fixer le souvenir puisque les sens premiers des deux termes – mémoire et monument – se recouvrent tout comme leur étymologie. Mais son texte provocateur nous invite opportunément à dissocier opération monumentale et mémoire collective, puisque le monument qui se « fait oublier » ne contribue guère, de façon assurée et automatique, à la pérennisation de son sujet. La même érosion est-elle avérée pour l’autre catégorie de monuments, celle que les sociétés décident de conserver et de restaurer comme témoins du passé, leur conférant une valeur nouvelle qui se substitue ou se rajoute à leur fonction originelle ? »* Daniel Fabre in Les monuments sont habités.
Comment faire vivre un monument ? Quelles sont les relations, complexes et changeantes, entre le monument et les populations qui vivent autour de lui ?

Pour en savoir plus :

les monuments sont habitesDes livres :
Les monuments sont habités. Sous la direction de Daniel Fabre et Anna Iuso.
La Fabrique du patrimoine
.
« De la cathédrale à la petite cuillère », Nathalie Heinich.
Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques. Sous la direction de Daniel Fabre.

Des articles :
* « Habiter les monuments », Daniel Fabre, in Les monuments sont habités. Sous la direction de Daniel Fabre et Anna Iuso (texte intégral).
« Construire l’avenir. Matérialité, imagerie et politique à Astana (Kazakhstan) », Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir.
« L’Esprit de patrimoine ». Jean-Louis Tornatore, Terrain, n°55, Transmettre.
« Faire et défaire les « monuments » », Berardino Palumbo, Terrain n° 36, Rester liés (texte intégral).
« Les monuments historiques demain… »,
Eugène Ollivier,Terrain n°9, Habiter la Maison (texte intégral).

Sites et Blogs :
Conseil international des monuments et des sites, le patrimoine mondial à l’Unesco, le réseau des chercheurs sur les patrimonialisations, la fondation du patrimoine, pour la sauvegarde du Paris historique.

A faire :
Journée internationale des monuments et des sites.


Vous aimerez aussi...