L’agression physique : une “peur” irréparable

« L’agression inaugure un grand désordre psychique : « Je ne savais plus où j’étais, j’avais perdu la tête, je ne savais plus à qui m’adresser », qui laisse place à la “peur”. Le terme de “peur” semble être le seul mot suffisamment générique dans le vocabulaire des victimes pour désigner diverses réalités identifiables. Les agressés disent “j’ai peur” lorsqu’ils veulent rendre compte de la transformation des relations affectives qu’ils entretiennent avec leur espace physique et leur environnement humain, mais aussi lorsqu’ils s’étonnent de leurs nouveaux comportements. En fait, à travers ces  “peurs”, les victimes expriment ce qu’elles redoutent le plus, c’est-à-dire la reproduction de l’agression qui débouche sur une expérience singulière qu’elles dénomment « ça ». […]
« Ça » renferme toutes les questions que les victimes agitent en tous sens pour rendre intelligible l’agression et résoudre la plus brûlante d’entre elles, celle de leur désignation.
« Ça », c’est aussi l’idée d’avoir frôlé la mort qui les hante des mois durant : « Il m’a laissée pour morte. »
« Ça », c’est encore la dénégation des valeurs morales (l’honnêteté, la droiture, le travail…) et l’inversion de la construction socio-culturelle, dans laquelle ces valeurs sont chargées de vertus protectrices et de récompenses, accentuant alors le sentiment d’injustice, « je ne mérite pas ça ».
« Ça » équivaut à la destruction d’une partie de leur moi intime. Les agressés disent « ne plus se reconnaître », « ne plus être comme avant ». Ce qui se greffe à la place de leur « perte » les perturbe : « Moi, j’étais plutôt un non-violent (…). On a tendance à devenir agressif contre soi, puis contre les autres. On pourrait frapper les gens ! », explique Patrice, âgé de trente ans, victime d’un vol à main armée dans l’hôtel qu’il dirige. Surprenantes, ces mutations confirmeraient que les victimes sont passées du côté du sauvage, de l’animalité.
« Ça » contient aussi l’atteinte à leur identité et renvoie au bouleversement des représentations que les victimes ont de l’homme : « Ce ne sont pas des hommes qui peuvent faire ça », ou bien : « Moi, je croyais en l’homme. »
« Ça », enfin, cache les diverses émotions qui submergent les victimes. Leur sentiment de culpabilité a d’autres sources que leur faillibilité au devoir d’auto-protection. En effet, les victimes recherchent dans leur comportement face à leur agresseur – résistance, « mauvais » geste qui a pu le surprendre, regard direct porté sur lui – ce qui a pu l’inciter à les « frapper jusqu’à la mort » ou à être « aussi méchant ». »

Pour en savoir plus :

La poupée, Hans Bellmer (Moma).

La poupée, Hans Bellmer (Moma).

Un article :
« L’agression physique : “une peur” irréparable »
, Dominique Dray, Terrain n° 22, Les émotions (texte intégral).

Sites et blogs :
Institut national d’aide aux victimes, informations pratiques, les droits des victimes.


Vous aimerez aussi...