Les journées de l’archéologie

« Le Néolithique qui a vu la mise en place des premières communautés agricoles, a préfiguré par bien des aspects les organisations sociales que nous connaissons aujourd’hui, notamment pour ce qui concerne l’évolution des techniques propres à résoudre les problèmes posés par la croissance démographique et les transformations radicales de l’environnement, toutes choses qui ont eu de puissants effets rétroactifs sur l’histoire des communautés humaines. […] Pour tenter d’échapper aux poncifs sur le feu pendant la préhistoire, nous proposons de nous tourner vers les habitats néolithiques les mieux conservés sous nos climats : les villages lacustres du nord-ouest des Alpes. Par cette adaptation architecturale originale, des petites communautés agricoles ont cherché à résoudre le problème de la défense en s’appuyant au rivage et en utilisant comme protection la large bande de sols détrempés et marécageux qui sépare les maisons et les terroirs cultivés. Dans cet environnement amphibie, fossilisation rapide et accumulation des sédiments ont souvent favorisé la conservation des restes archéologiques végétaux ; elles permettent de restituer la vie quotidienne avec une précision inégalée (chronologie des chênes à l’année près) et de suivre le rythme des activités de ces cultivateurs pendant les ive et iiie millénaires av. J.-C. […] Il apparaît aujourd’hui que les rythmes d’occupation des villages d’ambiance amphibie sont aussi réglés, dans le détail, par des rythmes d’exploitation des terroirs agricoles les plus proches. L’hypothèse de cycles d’agriculture itinérante pour le Néolithique moyen du lac de Clairvaux suggère que le village était déplacé lorsque la distance entre l’habitat et les terres cultivées devenait trop importante, laissant la forêt recoloniser les anciens champs pendant quelques décennies. D’autres rythmes relèveraient de la croissance de la population sur les rives des lacs, pouvant conduire à une surexploitation et à la désertification relative des terroirs pendant un siècle ou deux, jusqu’à la reconstitution d’une forêt secondaire âgée. […] La plupart des villages abandonnés ont été détruits par un incendie général. Beaucoup d’auteurs ont insisté sur le danger des incendies dans ces villages construits tout en bois et ont mis au compte de tels accidents l’abandon régulier des habitats. Des fouilles plus détaillées ont montré qu’en fait, dans la plupart des cas, les maisons avaient été vidées de leur mobilier et des outillages avant que le feu les détruise. On est alors en droit de se demander si la destruction par le feu n’était pas plutôt une coutume, un rite, qui aurait accompagné l’abandon du village avant de rejoindre le prochain site d’habitat. […]. Le parallélisme entre l’abandon des villages et la désaffection volontaire des sépultures serait alors remarquable. » *Pierre et Anne-Marie Pétrequin in Terrain n°19.

Le temps d’un week-end, les Journées de l’Archéologie vous permettent de découvrir la richesse et à la diversité du patrimoine archéologique.

Pour en savoir plus :

archeoDes articles :
* « Les rythmes du feu. Néolithique,  », Pierre Pétrequin et Anne-Marie Pétrequin, Terrain n°19, Le Feu.
« Faux et authenticité en préhistoire », Claudine Cohen, Terrain n°33, Authentique ?
« Les savoir-faire : une très longue histoire », Jacques Pelegrin, Terrain n°16, Savoir-faire.

Un livre :
Imaginaires archéologiques. Sous la direction de Claudine Voisenat.

Site et Blog :
Portail archéologique, sites de fouille, l’institut national de recherches archéologiques.

• A faire :
Les journées de l’archéologie, les 7, 8 et 9 juin 2013.


Vous aimerez aussi...