Le veuvage, une séparation inachevée

« Maintenant, j’ai complètement arrêté, je ne fais plus de cuisine. […] Je pense que je suis très démotivée, c’est-à-dire, tu vois, pendant six ans j’ai eu ma vie complètement occupée car j’y pensais jour et nuit, j’avais une énorme responsabilité, faire survivre un homme qui dépendait de plus en plus de moi, et puis subitement… Tu vois, j’aurais des petits-enfants, je suppose que j’aurais fait quelque chose, je l’aurais fait pour eux, j’aurais été motivée, tu vois j’ai pas ce moteur-là… Je peux rester des journées entières au lit, maintenant, j’ai personne qui dépend de moi. »* Mme Jeanne in Terrain n°36.
Comment faire face à la disparition de son conjoint ? Comment réorganiser son existence en lui donnant une nouvelle signification ? Quels sont les mécanismes du repli sur soi et celui-ci est-il inéluctable ? Enfin, le décès du conjoint marque-t-il vraiment la fin du lien conjugal ?

 

Pour en savoir plus :

veuf_0002Des articles :
« Le veuvage, une séparation inachevée »
, Vincent Caradec, Terrain n°36, Rester liés (texte intégral).

Site et Blog :
Fédération des associations de conjoints survivants
.


Vous aimerez aussi...