Etre enfant à Rome

« L’enfant n’appartient pas de naissance à l’humanité. Être informe et sauvage, il n’est ni physiquement ni moralement un homme, c’est son éducation qui le fabriquera tel » (Dupont, 1994). Ce rejet de l’enfant du côté de l’animalité s’explique en particulier par son incapacité à parler un langage articulé. Jusqu’à 7 ans, l’enfant est en effet appelé in-fans, littéralement « non-parlant. […]  S’il a survécu à sa première enfance, s’il sait parler, manger et marcher, le bébé est devenu un enfant, puer. Il n’est pas encore un homme libre, mais il est déjà un être humain. Commence pour lui le temps des apprentissages qui le mèneront à la liberté morale (Dupont 1994). »* Emmanuelle Valette-Cagnac in Terrain n° 40.
L’enfant romain ne pourra accéder à l’humanité et à la culture qu’avec l’aide d’éducateurs – la nourrice, le père de famille, le maître d’école – qui vont à la fois par un façonnage du corps et du caractère et par un enseignement par l’exemple contribuer à faire de lui un homme libre et un parfait citoyen. Dans ce long apprentissage, l’écriture, la lecture, le jeu et la mémorisation des grands textes jouent un rôle central.

Pour en savoir plus :

enfant• Un article :
« Etre enfant à Rome. Le dur apprentissage de la vie civique », Emmanuelle Valette-Cagnac, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral).

• Sites et Blogs :
La scolarisation des enfants dans le monde, le droit à l’éducation.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
blogterrain (12 août 2013). Etre enfant à Rome. . Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2fz


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search