Le célibat prolongé des jeunes femmes d’origine maghrébine

« Depuis l’âge de 13 ans, déclare-t-elle, j’ai été fortement demandée en mariage, c’est-à-dire qu’on est venu à la maison – les parents avec le garçon – pour me demander en mariage. Parmi toutes les demandes que j’ai eues, ma mère se demande pourquoi il n’y en a pas une qui a marché… Il y a quatre ou cinq mois de ça, on m’a demandée en mariage. […]  Mais je veux un mariage d’amour ! »* Témoignage de Houria, 22 ans in Terrain n°33.
Les jeunes femmes d’origine maghrébine vivant en France restent plus souvent et plus longtemps célibataires que les autres Françaises. Comment s’explique leur célibat prolongé ? L’union endogamique – qu’elle soit le fruit des normes religieuses, de la pression des voisins ou du souci de préserver la communauté de la disparition – reste une contrainte forte pour les filles. Ce qui entraîne un rétrécissement de l’éventail des choix possibles. Par ailleurs, le mariage arrangé, qui constituait la norme pour la génération des parents, est en voie de disparition dans la communauté d’origine maghrébine installée en France. Pour les filles les plus instruites, on peut ajouter deux explications complémentaires : la moindre nécessité de se marier et la peur importante d’être en décalage avec un mari qui a toutes les chances d’avoir été éduqué en enfant-roi, et d’éprouver, de ce fait, des difficultés à être pleinement autonome et responsable.

Pour en savoir plus :

mariage• Un article :
*
« Un désert matrimonial. Le célibat des jeunes femmes d’origine maghrébine en France », Hervé Flanquart, Terrain n° 33 (texte intégral).

• A voir :
Cité nationale de l’histoire de l’immigration

 


Vous aimerez aussi...