Photographier la catastrophe

«  Fiat ars, pereat mundus*, tel est le mot d’ordre du fascisme qui, de l’aveu même de Marinetti, attend de la guerre la satisfaction d’une perception sensible modifiée par la technique. L’art pour l’art semble trouver là son accomplissement. Au temps d’Homère, l’humanité s’offrait en spectacle aux dieux de l’Olympe : c’est à elle-même, aujourd’hui, qu’elle s’offre en spectacle. Elle s’est suffisamment aliénée à elle-même pour être capable de vivre sa propre destruction comme une jouissance esthétique de tout premier ordre. »* Walter Benjamin, 1939 quoted in Terrain n°54.

* Fiat ars, pereat mundus : « Que l’art s’effectue, même si le monde doit périr. » Détournement d’un adage latin: Fiat justicia, pereat mundus

Pour en savoir plus :

Le corps d'un soldat allemand tué par les partisans, Italie. Paolo Ventura, courtesy Forma Centro Internazionale di Fotografia, Milan

Le corps d’un soldat allemand tué par les partisans, Italie. Paolo Ventura, courtesy Forma Centro Internazionale di Fotografia, Milan

Un article :
*
“Photographier la catastrophe”, Abigail Solomon-Godeau, Terrain n°54, Catastrophes.

• Sites et Blogs :
Mali, Congo, comment photographier un conflit ?
, Photographs from the front line, le site de Joe Penney, photojournaliste au Mali.

• A voir :
L’histoire de la valise mexicaine de Robert Capa.


Vous aimerez aussi...