Nationalisme et musique

« Sur leur musique, ils étaient tous d’accord. Ces batailleurs intrépides (…) se trouvaient réconciliés en une passion commune : l’ardeur de leur patriotisme musical. La France était pour eux le grand peuple musicien. Ils proclamaient sur tous les tons la déchéance de l’Allemagne (…). Pour mieux glorifier la musique française, ils commençaient par ridiculiser toutes les gloires françaises du siècle dernier, à part celle d’un maître très bon, très pur, qui était belge. Cette exécution faite, on en était plus à l’aise pour admirer les maîtres archaïques, qui tous étaient oubliés (…). Au rebours des écoles laïques de France, qui font dater le monde de la Révolution française, les musiciens regardaient celle-ci comme une chaîne de montagne, qu’il fallait gravir pour contempler, derrière, l’âge d’or de la musique, l’Eldorado de l’art » R. Rolland cité in Terrain n°17.
Le nationalisme est-il applicable à la musique? « S’agirait-il d’une « chose-en-soi », entité indépendante, autonome et bloquée, éventuellement réactivable par gros temps (ce que laisserait entendre l’expression « résurgence du nationalisme ») ? Quelle spécialisation prend ce terme, lorsqu’il est transféré du lexique des conduites d’attachement à des unités politiques, vers le domaine musical ? S’agirait-il d’une doctrine ? d’un courant ou d’un mouvement ? d’une période ? […].  » Sous les désignations des patries politiques, les sensibilités des créateurs opèrent de constants échanges internationaux, et si elles expriment des races, on sait que les races ne s’insèrent pas toujours dans les limites facticement créées par la diplomatie « . […] Le requisit est celui de l’Art accompli, sans frontières, sans patrie. La Musique est universelle, pacifique, un instrument de rapprochement entre les peuples. Ce requisit appartient aux valeurs qui consacrent la catégorie Musique de nos sociétés : la Musique tend à y apparaître comme une entité idéelle, indépendante, accomplie, majestueuse et vertueuse. Ce sont les musiciens qui sont belliqueux, « patriotes chauvinistes », etc. « Si l’art n’a pas de patrie, du moins les artistes en ont une », aphorisme dont Saint-Saëns réclamait la paternité.». Jacques Cheyronnaud, Terrain n° 17.

Pour en savoir plus :

Camille Saint-Saens

Camille Saint-Saens

• Des articles :
« « Eminemment français ». Nationalisme et musique », Jacques Cheyronnaud, Terrain n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la médiathèque de la Cité de la Musique.


Vous aimerez aussi...