Fêtez les jardins

« Le Jardin en Mouvement s’inspire de la friche : espace de vie laissé au libre développement des espèces qui s’y installent. Dans ce genre d’espace les énergies en présence –croissances, luttes, déplacements, échanges- ne rencontrent pas les obstacles ordinairement dressés pour contraindre la nature à la gèomètrie , à la propreté ou à toute autre principe culturel privilégiant l’aspect. Elles rencontrent le jardinier qui tente de les infléchir pour les tourner à son meilleur usage sans en altérer la richesse. “Faire le plus possible avec, le moins possible contre” résume la position du jardinier du Jardin en Mouvement. Comme tous les espaces animés d’êtres vivants –plantes, animaux, humains- le Jardin en Mouvement se trouve soumis à l’évolution résultant de leur interaction dans le temps. Ici, la tâche du jardinier revient à interpréter ces interactions pour décider quel genre de « jardinage » il va entreprendre. Quelle balance entre l’ombre et la lumière, quel arbitrage entre les espèces en présence, l’objectif étant de :
– maintenir et accroître la diversité biologique, source d’étonnement, garantie du futur.
Pour cela il faut
– maintenir et accroître la qualité biologique des substrats : eau, terre, air
– intervenir avec la plus grande économie de moyens, limitant les intrants, les dépenses d’eau, le passage des machines …
Cet état d’esprit conduit le jardinier à observer plus et jardiner moins. A mieux connaître les espèces et leurs comportements pour mieux exploiter leurs capacités naturelles sans dépense excessive d’ « énergie contraire » et de temps. Dans cette dynamique de gestion, l’une des manifestations les plus remarquables du Jardin en Mouvement vient du déplacement physique des espèces sur le terrain. […] Le Jardin en Mouvement tire son nom du mouvement physique des espèces végétales sur le terrain, que le jardinier interprète à sa guise. Des fleurs venant à germer dans un passage mettent le jardiner devant le choix de savoir s’il veut conserver le passage ou conserver les fleurs. Le Jardin en Mouvement préconise de conserver les espèces ayant décidé du choix de leur emplacement. […] Le dessin du jardin, changeant au fil du temps, dépend de celui qui entretient, il ne résulte pas d’une conception d’atelier sur les tables à dessin. »  Gilles Clément in Le jardin en mouvement.
La notion de jardin a fondamentalement évolué depuis les jardins à la française où la nature était organisée, hiérarchisée, codifiée, traquée jusque dans ses moindres détails pour se conformer à la perfection du plan géométrique dessiné par l’architecte.

Pour en savoir plus :

Des coquelicots au milieu de la Goutte d'or à Paris

Des coquelicots au milieu de la Goutte d’or à Paris

Des livres :
En son jardin. Une ethnologie du fleurissement. Martine Bergues.
Vert patrimoine. La constitution d’un nouveau domaine patrimonial.
 Françoise Dubost.

Des articles :
“Les jardins de la nostalgie”. La transformation du jardin anglais en patrimoine national. Sylvie Nail, Terrain n°29, Vivre le temps.
« Les jardins potagers pyrénéens : un espace singulier : les jardins potagers en Pyrénées centrales ». Ariane Bruneton-Governatori, Terrain n° 6, Les Hommes et le milieu naturel (texte intégral).
« A quelle mode vais-je planter mes choux ? ». Anne Luxereau, Terrain, n°6, Les hommes et le milieu naturel (texte intégral). 
« L’ethnobotanique au péril du gazon »
, Pierre Lieutaghi, Terrain n° 1, Les savoirs naturalistes populaires (texte intégral). 

• Sites et Blogs :
La fête des jardins 2013, le blog de Gilles Clément, Jardinons ensemble : les jardins partagés d’île de France, l’agenda de l’art des jardins, Les jardins solidaires : réseau méditerranéen et en île de FranceComité des parcs et jardins de Franceportail du jardin et du paysage, l’aménagement paysagerconseils en jardinagememo jardinageune interview de Martine Bergues, le blogjardin, Paris au vert.

A faire :
La fête des jardins à Paris et en métropole, les 21 et 22 septembre 2013.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
blogterrain (19 septembre 2013). Fêtez les jardins. . Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2g7


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search