L’art de tatouer

Véritable engouement depuis le milieu des années 1990, le tatouage connaît un essor considérable dans nos sociétés. Les styles de tatouages varient en fonction des modes et renvoient à des usages sociaux ou à des référents culturels spécifiques. « Le « traditionnel » occidental, également dénommé « old school » (ancres marines, voiliers, dagues, serpents, coeurs enflammés, hirondelles, pin-up, etc.), n’a pas été complètement répudié. […] La réhabilitation du tatouage a imposé leur « customisation », c’est-à-dire la personnalisation de chaque motif et cela, d’autant plus s’il provient d’une « planche de flashs », ces feuillets de motifs préformatés toujours mis à disposition de la clientèle dans les studios. Ces nouveaux modes de faire doivent notamment à l’emprunt de référents iconographiques extra-occidentaux, en particulier à la tradition japonaise du tatouage, elle-même fortement inspirée des estampes japonaises de la période Edo (XIXe siècle). Cette référence a introduit une nouvelle manière de penser la taille et le placement du tatouage avec les bodysuits, des tatouages intégraux originellement exécutés dans les milieux de la mafia japonaise et ne laissant pour seuls espaces vierges que les zones de peau usuellement découvertes. […] Le « japonais » occidental respecte cependant rarement les arrangements symboliques originels de la tradition japonaise du tatouage. Il se contente d’y puiser des motifs (dragons, carpes, vagues, masques, fleurs de cerisier ou chrysanthèmes par exemple) renouvelant l’univers visuel occidental du tatouage.
Il en va de même avec l’emprunt aux traditions dites « primitives » du tatouage à l’origine du style « tribal ». Les lignes noires symétriques de ces motifs stylisés sont généralement élargies et remplies par des aplats noirs, voire des dégradés de gris. Souvent non-figuratif, le « tribal » reste ouvert à toutes les appropriations et constitue, avec les « idéogrammes » asiatiques, un style facilement élu lors d’un premier tatouage. Avec le « japonais », le « tribal » a détrôné le « celtique » et ses entrelacs parfois anthropomorphiques, encore communs jusque dans les années 1990. Cette période marque d’ailleurs la réhabilitation du « lettrage », ces inscriptions scripturales typiques des gangs latino-américains. Mais rien ne vient destituer les figurations réalistes imitant un modèle photographique (humain, animal ou végétal). » Valérie Rolle in L’art de tatouer.
Derrière cet engouement, il y a des professionnels qui formalisent et réalisent ces différents tatouages. Qui sont-ils ? Des artistes ? Des artisans ? Leur travail répond toujours à une double nécessité : satisfaire les désirs d’une clientèle désormais majoritairement profane tout en réalisant les « plus beaux » tatouages. Mais quels critères, notamment esthétiques, guident l’exécution d’une image encrée ? Comment les professionnels de l’encrage négocient-ils avec les hommes et les femmes qui viennent leur soumettre leur projet ? Comment s’apprend, se reproduit et se renouvelle cet univers visuel ? Quelles sont les qualités dont doivent faire preuve les aspirants tatoueurs pour gagner leur place dans ce monde et y construire une réputation d’« artiste-tatoueur » ?

Pour en savoir plus :

couv_art_tatouer• Un livre :
L’art de tatouer. La pratique d’un métier créatif. Valérie Rolle.

• Sites et blogs :
Tatouage, mode d’emploi, Tatouages et scarifications.

• A faire :
Journées d’étude “Le tatouage au prisme des sciences sociales et de l’histoire de l’art”, les 26 et 27 septembre à l’INHA : Valérie Rolle présentera son livre “L’art de tatouer” le 27 septembre à 14h45 salle Vasari.


Vous aimerez aussi...