Rire en situation de violence

“On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui.” Pierre Desproges.

« Dans dix minutes, il sera vingt-trois heures à Alger, l’heure où commence le couvre-feu, quand un citoyen, pressant le pas pour rentrer chez lui, passe près d’un barrage de police. Un des deux policiers en factions le vise et tire sur lui sans sommation, le tuant sur le champ. Médusé, son collègue lui fait remarquer qu’il n’est pas encore vingt-trois heures, heure où la loi les autorise à abattre les personnes en circulation qui n’obtempèrent pas à leurs ordres. Il répond : ‘je le connais, c’est mon voisin. Il habite loin d’ici. Il n’arrivera jamais chez lui avant minuit.’».
Cette blague contribue à “faire mémoire”de la décennie de violence meurtrière qu’a vécue l’Algérie dans les années 1990 et qui fit plus de 60000 morts.
« La dérision est à la fois un signe d’impuissance et un indice de résistance. Impuissance à inverser le cours des choses, mais force de résistance aux multiples effets traumatiques. Le phénomène de la mort généralisée en Algérie a acculé les populations à un principe de réalité se traduisant entre autres par un regard désabusé sur la réalité vécue au quotidien. Au-delà de ces réalités sociologiques en mutation, la dérision, en tant que discours social, signale combien la violence et la mort ont été banalisées. »  Abderrahmane Moussaoui in Terrain n°61.

Pour en savoir plus :

00_couv61Des articles :
* “Rire en situation de violence. L’Algérie des années 1990”, Abderrahmane Moussaoui, Terrain n°61, Rire.

Sites et Blogs :
La guerre civile algérienne, les publications de Abderrahmane Moussaoui sur l’Algérie.


Vous aimerez aussi...