De quoi rient les Indiens ?

Chez les Indiens Chulupi du Paraguay, deux mythes assez étranges provoquent l’hilarité. D’une part, l’histoire d’un arrière-grand-père chamane parti en expédition pour retrouver l’âme de son arrière-petit-fils, qui est pris d’un désir irrépressible pour ses deux petites filles, qui les viole et qui en est bien puni! De l’autre, celle d’un jaguar impudent qui veut tour à tour imiter un caméléon, un chevreuil, un lézard, un oiseau, un vautour, qui tombe dans les pièges tendus pas ces différents animaux, qui y laisse à chaque fois la vie et qui est ressuscité in extremis par un petit oiseau insignifiant, le ts’a-ts’i. Pourquoi ces mythes font-ils rire les Indiens ? Quels sont les ressorts de l’hilarité déclenchée ? En 1967, Pierre Clastres publie un article qui étudie l’euphorie causée par ces récits. Ils ont en commun de tourner en dérision des figures de pouvoir ordinairement craintes par les Indiens, en même temps qu’ils parodient des traditions mythiques à caractère sacré. Au-delà des protagonistes mis en scène dans ces histoires burlesques, c’est la figure même du pouvoir et la peur d’y adhérer qui sont visées et neutralisées par le rire cathartique…

Pour en savoir plus :

Indien malade, victime d'une agression chamanique.

Indien malade, victime d’une agression chamanique.

Des articles :
“De quoi rient les Indiens ?”, Pierre Clastres, Terrain n°61, Rire.
“Pierre Clastres et la dérision du pouvoir chez les Indiens : un commentaire”, Anne-Christine Taylor, Terrain n°61, Rire.

Sites et Blogs :
La société contre l’état de Pierre Clastres, trois entretiens avec Pierre Clastres.


Vous aimerez aussi...