Se réapproprier son corps

Après l’annonce de sa séropositivité, Dayan fait une tentative de suicide qui laisse son corps en miette pendant des mois. « Une fois de retour à son domicile, sa vie, marquée par la perte de son identité sociale, change radicalement : à l’homme social se substitue l’artiste qui naît des gestes impromptus, irréfléchis, « inconscients » accomplis sur ses nombreuses radiographies, réalisées au cours de son long séjour à l’hôpital. Installé dans la solitude de la nuit, tourmenté par une angoisse profonde devant le vide de son existence, il est irrésistiblement attiré par la pile d’images posée dans un coin de la pièce, subit le mouvement d’attraction-répulsion qui caractérise la fascination. Écartelé entre des émotions contraires, désordonnées et chaotiques, « forcé » d’agir, Dayan saisit un cliché pulmonaire. « Mes mouvements ne suivaient pas ma pensée, dit-il, je ne pensais pas, au contraire, ma pensée est venue après, à partir de mes gestes, comme guidée par eux… c’est mon corps qui fait quand je crée… c’est lui qui pense. » Devant la terreur provoquée par son corps en images, témoin et victime de son geste, « noir » et foncièrement hostile dans sa menace de mort, il prend des ciseaux et coupe, dissèque frénétiquement les images en lignes et formes (carrés, rectangles, ronds, courbes et triangles…), fragmente à l’extrême un corps vécu comme morcelé, dans un geste qui semble de destruction, qui fait éclater l’organisation ancienne du corps, qui scinde quelquefois jusqu’à dissoudre toute ressemblance organique de l’image avec le corps. » Margitta Zimmermann in Terrain46.
Comment concevoir une expérience esthétique dans un contexte de maladie et de souffrance ? Comment les techniques médicales participent-elles à transformer les rapports qu’entretiennent les personnes avec leur corps ? Comment s’approprier l’objet radiographique, dans une dérive de l’usage strictement médical, et l’investir d’un étonnant pouvoir de « symbolisation » afin de refabriquer son corps ?

 

Pour en savoir plus :

Sans titre, Dayan.

Sans titre, Dayan.

• Un article :
« Le “cas” Dayan. Du corps en souffrance à l’expérience esthétique »
, Margitta Zimmermann, Terrain n° 46, Effets spéciaux et artifices.

• Sites et Blogs :
Le site de Dayan
.


Vous aimerez aussi...