Journée mondiale de la Corse

En Corse dans les années 1970, une société villageoise s’accroche à la montagne. Elle y maintient, avec le concours de la diaspora, un modèle d’existence en commun largement hérité de son passé proche mais dont les évolutions en cours sur le littoral semblent préparer à terme la disparition. Ce serait alors la fin d’une longue histoire sur laquelle cette société avait gravé sa signature, à défaut d’y exercer sa mainmise. La Corse est, en effet, l’abri d’une civilisation dont le creuset est villageois. La Corse d’hier était un archipel dont chaque île, façonnée à l’identique sur le principe du quant-à-soi, proclamait avec force le refus de la vassalité. L’idée d’État était donc étrangère à cette société en mosaïque, mais tout autant celle d’une cause commune, quand bien même s’agissait-il de s’opposer aux institutions de l’État.
« Ce fait d’être de Corse n’est pas commué en valeur, du moins en cette valeur d’un genre particulier qui alimente l’exercice du patriotisme citoyen. A supposer donc qu’en étant ceux qu’ils sont, mes interlocuteurs habituels se construisaient une identité, une identité corse, cette identité n’était pas une identité nationale. L’idée de peuple, donc celle d’un peuple à part, par laquelle s’édifie un peuple et qui est apte à le cimenter en nation, ne fermente pas spontanément dans les villages. »* Gérard Lenclud.
Dans ce contexte, comment trouver une unité de structure dans un système d’oppositions perpétuées par la règle du jeu ?

Pour en savoir plus :

couv_corse• Un livre :
* En Corse, une société en mosaïque. Gérard Lenclud.

• Un article :
« S’attacher. Le régime traditionnel de la protection en Corse », Gérard Lenclud, Terrain n° 21, Liens de pouvoir.

Sites et blog :
Revue espace-temps, corsicamania, journée mondiale de la Corse, l’association corsicadiaspora.

A faire :
Musée d’ethnographie corse
, journée mondiale de la Corse.


Vous aimerez aussi...