Les tatoueurs privés de 90% de leurs couleurs en 2014 ?

L’Agence du médicament (ANSM) veut interdire les tatouages en encre de couleur, excepté le bleu et le vert, à compter de janvier 2014 « pour des raisons de sécurité ». Le  syndicat national des artistes tatoueurs (SNAT) conteste cette interdiction qui aurait des conséquences financières dramatiques. Il n’existe pas à ce jour en France de protocole certifié pour tester l’innocuité des  pigments de tatouage, mais certains produits incriminés ont été validés au niveau européen. Cette législation devrait obliger les fabricants à être plus transparents sur les produits utilisés.
« À l’orée du XXIe siècle, le Conseil de l’Europe impulse un questionnement sur les pratiques mises en œuvre en studio et sur les substances utilisées dans le tatouage. Par la résolution du 19 juin 2003, il demande aux États membres et associés de l’Union européenne de « combler cette lacune, et donc d’adopter une législation spécifique sur la composition des produits servant au tatouage et au maquillage permanent et d’assurer la gestion hygiénique des pratiques de tatouage et de maquillage permanent » (Conseil de l’Europe 2003). […] Les tatoueurs français se mobilisent pour échapper au statut de commerçant régissant désormais leur activité et revendiquent leur appartenance à la catégorie des « artistes ». L’intervention de l’État a suscité de vives réactions chez les tatoueurs français, promis à une réglementation drastique de leur activité sur le modèle de l’asepsie chirurgicale. Conscients de l’introduction inéluctable d’une codification de leurs pratiques – qui plus est jugée menaçante –, ils se mobilisent immédiatement afin d’être inclus dans les discussions sur la promulgation de normes supportables dans leurs usages quotidiens et pour leur commerce. Parallèlement à ces revendications, ils mènent un combat identitaire pour obtenir un statut institutionnel d’artiste. Dès l’annonce des premiers élans gouvernementaux, ils créent le Syndicat national des artistes tatoueurs (SNAT), qui affiche pour objectif le regroupement des tatoueurs en vue de la reconnaissance par l’État et par le fisc de leur pratique comme un « art créatif » exécuté par de « véritables professionnels ». À ce second titre, l’association publie sur son site une Charte d’hygiène destinée à combler le vide existant en la matière. Il s’agit ainsi d’assurer la souveraineté des tatoueurs en travaillant à faire admettre des règles que les professionnels se sont eux-mêmes imposées.» Valérie Rolle in L’art de tatouer.

Pour en savoir plus :

couv_art_tatouer• Un livre :
L’art de tatouer. La pratique d’un métier créatif. Valérie Rolle.

• Sites et blogs :
Tatouage, mode d’emploi, Tatouages et scarifications, le syndicat national des artistes tatoueurs, l’article de l’express.


Vous aimerez aussi...